Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chat alors !

Depuis peu, nous avons adopté un chat. Un chaton plus exactement que l'un de mes fils a sauvé d'une mort certaine. Sa mère les ayant abandonné sa sœur et lui -ce qui est supposé être arrivé en fait- ils se sont retrouvés, seuls, toute une nuit, miaulant, à côté de la petite troupe d'amis de mon fils, dans le jardin d'un de ses copains.

C'est au petit matin que ces sympathiques adolescents, curieux de nature, ont retrouvé les chatons, âgés approximativement d'un mois, seuls, transis de froid et de peur.

N'écoutant que leurs cœurs palpitants, ils se sont mis en tête de sauver les félins. Après avoir essayé de me convaincre, la larme à l’œil et les mains jointes, de les adopter le soir même, la solution de faire le tour des chattes allaitantes des alentours fut voté comme la meilleure chose à faire.

Il a fallu, une journée et toute la détermination de la bande d'amis sensibles, pour que les chatons trouvent une maman de substitution, après avoir essuyé trois cuisants échecs. D'ailleurs quelle ne fut pas la stupeur de ces grands enfants idéalistes, de voir la façon dont ces adorables petits chatons entraînaient l'indifférence voire la férocité de certaines chattes adultes. Difficile en effet, de comprendre que pour les chats, lorsque l'on perd sa maman, il vaut mieux mourir de suite que de vivre un enfer et finalement mourir quand même, mais plus tard...

Incompréhensible donc pour nos adolescents, qui à force de persévérance, et cela est tout à leur honneur, finirent par trouver une chatte, ayant eu deux chatons aussi, qui voulu bien recueillir, nourrir et protéger les deux orphelins.

Deux mois passèrent et c'est un chaton de trois mois que nous avons récupéré à la maison. Une adorable boule de poil qui fut très vite le roi de la maison. Explorant de-ci, de-là, jouant avec tout et n'importe quoi, apprenant à grimper et à griffer...

Et voilà le premier malaise en vérité.

Savez-vous qu'intérieur parfait et animaux ne font pas bon ménage ?

Il se trouve que quelques semaines à peine avant cette histoire, l'opportunité se présenta à nous de changer notre canapé. Un canapé et des fauteuils, enfin neufs et à notre goût -puisque jusque là nous avions toujours posé nos fessiers, sur des canapés récupérés dans la famille- voilà le beau cadeau que nous nous étions octroyé !

Bien mal nous en a pris !

Le chaton a maintenant quatre mois, le canapé lui, fait déjà dix ans !

Malgré toute mon attention, malgré toutes mes menaces, malgré les : "tchhhhhheeeee ! Mimi non !!! Couki ! Coquin !! NOOOOOOOOOOOOOOOOON, le canapé ! Chat Pristie va !" Eh bien, les griffes se font, le canapé se défait...

Ma conclusion ladévine de cette situation :

L'intérieur de la maison représente notre intérieur, ce que nous sommes au fond, ce qui est important pour nous, ce qui nous constitue, ce qui est inconscient bien souvent aussi. Le canapé représente la partie de détente et de bien-être. Il est clair que d'avoir fait entrer des meubles neufs pour faciliter notre détente ne pouvait pas être sans conséquence, étant donné que dans le fond, inconsciemment bien sûr, idéologiquement aussi, sans oublier culturellement, nous culpabilisons, comme beaucoup, de ne rien faire...

Le chat, symbole de l'indépendance et, également de la féminité, vient ici, très spécifiquement nous montrer notre culpabilité de vouloir, éventuellement, passer du bon temps, en nous prélassant dans des sièges moelleux et incroyablement confortables ! Par la destruction en bon et du forme du canapé et des fauteuils, notre petit chat externe, nous montre notre petit chat interne, qui sort ses griffes à l'endroit où tout devrait être douceur et volupté ! Couki nous présente son homologue, partie en nous qui a du mal à se prélasser, à se reposer, à se dorloter. Tant que cette partie agissait dans l'ombre de l'inconscient, le chat devait nous le montrer. Maintenant que cela est à notre conscience, le chat n'a plus besoin d'y faire ses griffes... Fini ! Ouf, le canapé nous dit merci, et nous disons merci à notre petit maître à quatre pattes !

Par contre, je suis sûre que ce dernier va finir par démasquer en nous encore quelques petites broutilles à dégommer... et je ne manquerai pas de vous en faire part, dès que je comprendrais le message ce que cela veut nous dire !

Vous savez la meilleure :

Couki est actuellement sur moi, ronronnant et finalement s'endormant, bien installé sur mes genoux et heureux ! C'est la moindre des choses lorsque le travail a été fait. Un repos bien mérité en quelque sorte, avant de se lancer dans de nouvelles aventures !

Dors bien, petit Coukinou !