Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Extrait du TOME 1 Ssssandraaaa. Elle est parmi nous...

Pour mes amis qui hésitent encore... Voici un extrait d'une des 11 histoires du tome 1.

En espérant que cela vous donne envie d'en savoir plus.

Livre disponible sur lulu.com

E-book disponible sur amazon.com

-

Marie-Odile et Jean-François

****

Cela fait vingt ans maintenant que Marie-Odile et Jean-François vivent en couple. Mod et JF fréquentaient le même collège et avaient beaucoup d'amis communs. C'est justement lors d'une soirée chez une bonne copine qu'ils sont ''sortis ensemble'' suivant l'expression consacrée. Ils n'avaient que quinze ans et ils s'aimaient déjà assez fort pour savoir que leur histoire était sérieuse ! Ils avaient conscience, sans se l'avouer, qu'ils allaient construire du solide ensemble. À moins que cela ne soit certains amis de la bande, en particulier Marie, leader du groupe, qui leur avait soufflé l'idée. Marie avait tout de la copine incontournable, celle à qui sont révélés les plus secrets des secrets, celle qui gérait les conflits des autres et même de ceux qui ne lui avaient rien demandé ! Rajouter à cela une forte personnalité et il était tout à fait clair que, pour tous ces jeunes camarades, la parole de Marie était d'évangile... Justement, Marie s'était exprimée concernant la relation de Mod et JF et ce qu'elle avait dit s'apparentait à une prédiction :

- Vous êtes faits l'un pour l'autre. Je suis sûre que vous allez finir ensemble, avoir des enfants et un bon boulot chacun, vous deux !

Ce à quoi, certains avaient même cru entendre :

- Amen !

Ceci dit, pour Mod et JF, la prévision était intégrée, leur destin ainsi scellé. Parfois, cela ne tient à pas grand-chose... Bien sûr, il y avait des sentiments très forts entre eux, bien sûr ils s'aimaient ! D'ailleurs, dès l'âge de vingt ans, ils s'installèrent dans un petit meublé. JF avait obtenu son diplôme d'électricien et son premier boulot, et Mod avait eu son bac lui permettant d'exercer le beau métier de secrétaire médicale. Elle cherchait du travail et c'est à cette période que Léo arriva dans leur vie.

Léo était un très joli bébé de trois kilos cinq cent quatre exactement. Maintenant, Mod était passée de statut de fille à mère, sans vraiment l'avoir décidée encore une fois. Cependant, la jeune femme s'avéra être une excellente maman. Et JF un conjoint et un papa fort attentionné. Tout allait bien dans le meilleur des mondes et financièrement, une fois les calculs sommaires faits, un second enfant devint envisageable. D'envisageable à la réalité, il s'écoula treize mois de plus. Un second bébé naquit donc, de deux ans le cadet du premier, un autre petit garçon, Noé. Léo et Noé étaient donc là, superbes petits d'hommes.

De simple ouvrier qu'il était, JF passa chef de chantier. Assez prestigieux si l'on pense que dans la boîte où il travaillait, il y avait pas mal de collègues plus âgés que lui. Mais qu'à cela ne tienne, il savait y faire avec tout le monde. Il était gentil JF, compétent, mais gentil. Et un chef gentil, ce n'est pas négligeable à bien y réfléchir. Les quelques tires aux flancs de la boîte, après avoir joué les rebelles, sans compter les quelques entourloupes bien senties laissées sur les premiers chantiers supervisés par le jeune ''cheffounet'', comprirent très vite, qu'il était tellement investi dans son métier et tellement dévoué à l'entreprise, qu'il valait mieux louvoyer de façon un peu plus discrète. Le jeune chef pouvait faire -et faisait- des heures supplémentaires sans rechigner si le travail n’avançait pas comme il fallait. Et comme il n'arrivait pas à se faire respecter, les ouvriers partaient à quatre heures et demie tapantes, laissant tout en plan, tandis que JF, seul responsable, finissait le travail. Mais bon, il aimait ce qu'il faisait, adorait le travail bien fait et ne reculait pas devant les responsabilités. Bien évidemment, le salaire allait avec le poste ; le patron sachant récompenser les plus méritants.

***

La gentille et magnifique petite famille était donc à l'abri du besoin, les garçons grandissaient et la belle-famille, ainsi que les propres parents de Mod, lui demandaient régulièrement, manière d'entamer une conversation :

- À quand la fille ?

Les rires envahissaient alors la pièce, mais la question était posée et elle commençait déjà à faire son chemin. Il fallut pourtant attendre une phrase -qu'il faut espérer malencontreuse- prononcée par une obscure grand-tante aigrie, pour déclencher chez Mod l'envie, ou plus exactement, le besoin absolu de donner naissance à un autre enfant. La phrase se voulait anodine bien sûr, presque chuchotée d'ailleurs, il ne fallait pas, soi-disant, en tenir compte ! Pourtant, elle avait été lancée comme suit, un jour de goûter familial :

- Une mère qui a tous ses enfants du même sexe n'est pas vraiment une mère !

Le son de cette phrase alla se loger directement dans l'oreille de Mod, terrible phrase qui remettait en cause tout ce que la jeune femme pensait être jusque-là. Et, manquant de reconnaissance et de challenge surtout, elle décida de viser le statut de mère incontestée. Un autre bébé, elle voulait maintenant encore un autre bébé ! Mais pas n'importe quel bébé non plus ! Une petite fille, voilà l'idée qui obsédait littéralement Mod désormais. Elle voulait une fille ! Elle alla consulter bien sûr, les médecins les plus proches, jusqu'aux spécialistes les plus éloignés. Elle passa des heures sur les forums de discussion à ce sujet, posant sans relâche la question fatidique :

- Est-ce que quelqu'un peut me dire s'il a trouvé la façon la plus sûre, voire la manière infaillible d'attendre une fille, plutôt qu'un garçon ?

Puis, comme pour se justifier, elle exposait son cas avec force de détails, sur la toile, à de parfaits inconnus que, de toute façon, elle n'allait jamais voir de son existence ! Certains lui donnaient de vrais conseils de ''professionnels'', concernant les régimes à suivre, les prières à effectuer, les actes psycho-magiques à ne pas rater... Jusqu'à ceux qui assuraient que tomber enceinte d'une fille avait beaucoup à voir avec les cycles de la lune... D'autres étaient même parvenus à la convaincre de maîtriser ses pensées sur le sujet, en lui proposant des phrases toutes faites qu'elle devait se répéter, et, rajoutaient-ils comme une sentence :

- Si tu n'y crois pas assez fort, cela ne sert à rien !

D'autres encore, qui n'avaient décidément rien compris au challenge qui agitait Mod, lui conseillaient de faire confiance à la nature, qu'elle seule devait décider et que c'était très bien comme ça. Certains pragmatiques, lui conseillaient de changer de père, de se faire ''engrosser'' (terme exact employé dans le forum) par un homme qui n'avait que des filles, car :

- Le sexe de l'enfant ne dépend pas des chromosomes des femmes, mais de ceux des hommes ! avait cru bon de rajouter un de ces individus...

D'autres enfin, habitués à fréquenter aussi les discussions en ligne sur ces questions, lui conseillaient non sans verve, avec juste ce qu'il faut d'humour et de mépris aussi, d'aller se faire soigner la tête avant de concevoir à nouveau un pauvre petit être...

Forte, -ou pas d'ailleurs- de l'ensemble de ces conseils, Mod décida de mettre toutes les techniques à l’œuvre. Et aux bonnes dates, histoire que les planètes soient bien toutes alignées, elle faisait l'amour à son électricien de compagnon, même si justement, le courant entre eux ne passait plus aussi bien qu'avant... Mais Mod n'allait pas s'arrêter à ce genre de détail. Vingt mois, il lui fallut vingt mois exactement pour qu'ovulations, rapports sexuels, régimes alimentaires, lunes rondes, atmosphères humides, bougies roses allumées, incantations prononcées au moment du coït et autres actes bizarroïdes, aboutissent à la rencontre créatrice la plus extraordinaire de toute la vie humaine : deux cellules très différentes l'une de l'autre, s'unissant dans son corps, pour se développer et faire un être unique, magnifique et génial !

Enfin !

***

Il ne restait plus qu'à attendre le verdict. Par acquit de conscience, Mod continuait quand même à prier... Elle regardait beaucoup de sport à la télévision et elle savait bien qu'il fallait y croire jusqu'au dernier moment, il ne fallait pas baisser la garde, il fallait se battre et penser à la victoire qui seule importait. Mod était en pleine compétition. Elle allait l'avoir sa petite fille ! Elle était proche maintenant et elle rêvait déjà de la brandir fièrement à bout de bras, tel un trophée, dès la prochaine réunion familiale !

Et Mod eut raison d'y croire. À la seconde échographie, c'était confirmé. Tous les sacrifices auxquels elle avait consentis lui avaient donné la victoire. Elle était tellement fière, vraiment épanouie ! Elle avait aussi tellement hâte de voir sa petite merveille et d'être enfin une vraie mère, qu'elle accoucha à huit mois de grossesse. Le bébé se vit ainsi éjecter de son espace chaleureux et sacré, même si les médecins font toujours la bonne blague inverse, donnant ainsi à l'enfant un pouvoir qu'il n'a pas, sur sa naissance :

- Eh bien petite ! Tu es pressée de venir nous voir toi ! Ah Ah !

- Au fait, c'est quoi son prénom ?

Et l’obstétricien entendit dans le même temps les deux parents répondre :

- Maellaya !

Puis, Mod reprendre d'un air agacé :

- Non, c'est Maya !

- On avait dit Ella ! dit JF encore plus agacé.

- Pas question de lui fourguer le nom de ta grand-mère, tout le monde dit que c'est malsain ! s’insurgea la toute fraîche accouchée de manière tout à fait combative.

- Oh là, oh là, jeunes gens ! dit le professionnel avec l'enfant encore dans ses mains. Ce n'est pas le moment de vous chamailler ainsi. Vous avez une adorable petite fille à accueillir avant que je la mette en couveuse. Ou bien, je m'en occupe de suite... Regardez là, elle veut juste un « bonjour, bienvenue parmi nous ma jolie ! »

- Oh oui, pardon ! reprit Mod sincèrement désolée d'avoir déjà failli à son rôle. Viens ma petite beauté, viens dans les bras de maman, qu'elle te fasse le bisou ! Je te souhaite la bienvenue parmi nous, lui chuchota-t-elle lorsqu'elle l'eut contre elle. Et voici Papa, lui dit-elle en la tournant vers JF qui avançait sa main pour lui caresser la joue. Allez, fais-lui un bisou si tu veux ! Le docteur attend pour s'en occuper !

Voici les premiers instants de la petite fille Éva -prénom issu du dernier compromis de ses parents- tellement attendue et adorée...

***

Les années passent vite c'est bien connu. Mod et JF ont eu à peine le temps de s'en rendre compte que voici presque trois ans qui s'étaient écoulés depuis le jour de l'accouchement. En se levant du canapé, Mod appela :

- Éva ma chérie ?! Viens voir maman, on s'en va ! Les garçons, vous venez ?

Elle avait rendu visite à une de ses amies en ville, pour lui annoncer la grande nouvelle : JF et elle allaient se marier !

- Oh, mais c'est merveilleux ça ! Et qu'est-ce qui vous a décidé ? demanda la bonne copine.

- Eh bien, on s'est aperçu que cela va bientôt faire quinze ans que l'on se connaît et onze ans que l'on est ensemble. On a repéré une date et on pense que c'est la date où nous avons décidé de vivre ensemble. À quelques jours près, ça doit être ça !

- Ah !? Et vous avez donc décidé de vous marier à cette date anniversaire ?

- Ouiiiii ! T'as tout compris ! Ce sera une grande fête et les garçons seront habillés comme des princes, avec des petits costards trop mignons ! Quant à Éva, elle aura la même robe que moi, mais en plus petite bien sûr !

- Wouaw, ça va être super ! Merci pour l'invit en tout cas ! Nous viendrons avec plaisir tu penses !

***

...

***

Cela fait maintenant cinq mois et trois jours que le week-end de mariage et l'anniversaire commémoratif de la rencontre sont passés. Les photos sont là, dans deux cadres très judicieusement positionnés sur les murs du salon. Mod et JF posaient, main dans la main, yeux dans les yeux, en se souriant pour la vie. Ou bien, regards dans le vide, ils fixaient au loin, un point à l'horizon...

Cependant, l'analyse un jour de la bonne copine tout fraîchement sortie de stage de la dernière technique de mieux-être à la mode, annonçant tout de go à Monsieur et Madame Malbry médusés qu'il y avait un signe de mauvais augure dans ces photographies, les laissa sans voix ! Sous prétexte que les époux auraient dû avoir le regard tourné vers la droite, alors qu'ils regardaient vers la gauche, elle leur prédisait un destin aux conséquences dramatiques !

- Non, mais, pour qui se prend-elle celle-là !! dit Mod très en colère à JF dans la cuisine avant d'amener le café qu'elle avait bien envie de lui jeter à la figure.

Alors que personne ne l'aurait jamais remarqué et surtout que personne n'avait rien demandé, la copine les mettait ainsi, mal à l'aise devant l'incontestable fait accompli ! Elle insistait qui plus est :

- Au lieu de regarder tous les deux vers le futur, vous regardez vers le passé ! À mon avis, cela veut dire des choses sur votre relation. Soit, je retournerai chez le photographe et je lui demanderai, de tourner la photo dans l'autre sens, soit je referai des photos avec un autre photographe, parce que ce n'est pas très sérieux de sa part ! S'il ne sait pas que l'avenir est à droite, ce n'est pas la peine de lui filer encore du travail !

Et elle rajouta, sûre que les mariés prenaient note de ses dires :

- Si j'étais vous, je décrocherais de suite ce cadre. Il parle directement à votre inconscient vous voyez ! Donc, à chaque fois que vous le regardez, ou que vous passez à côté, même si vous pensez que vous ne le voyez pas, vous savez qu'il est là, et alors, il agit sur vous. Il vous dit que votre relation est basée sur le passé essentiellement... Tout ça, c'est inconscient bien sûr ! conclut-elle d'un air entendu.

Le regard fixe et les bouches ouvertes de ses interlocuteurs envoyèrent un faux signal à l'apprentie experte en inconscient et en tableau de travers. Elle crut qu'elle les intéressait au plus haut point, alors que de toute évidence, pour Mod et JF, la vérité était toute autre... Mais forte de cette impression, elle poursuivit encore.

- Un autre conseil ! Après avoir enlevé ou refait ces photos, j'irai faire une thérapie de couple si j'étais vous. Je vous assure, vous pouvez sauver votre mariage ! Moi, ce que j'en dis, c'est pour les enfants essentiellement !

La phrase de trop sans doute, car, les époux, qui se connaissaient bien, se regardèrent une fraction de seconde avant de faire exactement les mêmes gestes : ils se précipitèrent vers la diseuse de mauvaises aventures, la prirent chacun de chaque côté par un bras et la conduisirent vers la porte d'entrée, qui en l'occurrence devenait surtout la porte de sortie ! Ils la prièrent, le plus calmement possible, de ne plus jamais revenir chez eux ! Le regard étonné avait changé de paire d'yeux ! Mais c'était ainsi ; c'en était trop !

- Non, mais elle est gonflée l'autre ! Parce qu'elle fait un stage, elle se permet de porter des jugements à deux balles et d'insinuer que notre mariage, sans l'ombre d'un nuage, puisse battre de l'aile ?! De quel droit se permet-elle de nous juger ainsi ?! C'est insensé cette histoire !!

- Elle est folle oui ! C'est tout !

Cependant, certains pourraient dire que le mal avait été fait. Le pire avait été insinué. Et si la réaction du couple avait été si vive, -c'était bien la première fois de leur vie qu'ils mettaient ainsi quelqu'un à la porte de chez eux- c'était que toutes les vérités ne sont pas forcément bonnes à dire, ou plus exactement à entendre ainsi, sans aucun filtre et surtout, sans aucune demande.

Car, en réalité, Mod et JF n'étaient finalement pas vraiment heureux dans leur vie. C'était vrai ! Et ils se le cachaient soigneusement. Ce qui les rassemblait le plus, c'étaient leurs souvenirs, les enfants et le mariage en tête de liste ! Sans parler des sempiternels :

- Il y a toujours quelque chose à faire dans une maison !

Comme si elle avait été la dernière bouée de sauvetage de ce qui n'était déjà plus...

En fait, ils s’apercevaient, chacun de leur côté, que tout ça ne suffisait plus à leur bonheur. Ils avaient vraiment l'impression de ne plus avoir aucun projet fort, excitant en commun et maintenant, ils commençaient à s'ennuyer ferme...

***

C'est à ce moment-là et contre toute attente, que Ssssandraaaa sentit que son intervention pouvait amener un plus dans cette histoire et faire la différence dans la vie de ces gens. L'entité était comme appelée par ce couple pour leur dévoiler leur histoire profonde et ainsi les sortir de leur torpeur. De sa belle volute bleutée cette fois, elle se mit en mouvement. De partout, magnifique, fluide et évanescente, elle surgissait.

En se rapprochant d'eux, l'entité se déploya dans leurs deux directions. Elle avait besoin d'être d'égale importance dans les corps de chacun. Elle était là maintenant, à quelques centimètres seulement de Mod et de JF. Et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, elle s'engagea dans leur corps, par tous les orifices de leurs visages : le nez, les oreilles, les yeux, la bouche... Sans déclencher aucune sensation, Ssssandraaaa rentra en eux, comme s'ils l'avaient littéralement aspirée ! À l'intérieur des corps, le moindre centimètre carré fut dès lors investi. L'entité savait déjà ce qu'elle venait faire. En s'immisçant dans la mémoire de ses hôtes, elle eut accès à ce qui faisait sens dans leur vie présente. Elle avait accès aux programmes. Il ne lui restait plus que de les faire remonter à la conscience de chacun, pour qu'ils puissent s'en libérer et qu'ils aient la possibilité de choisir vraiment quel avenir serait le leur. Ssssandraaaa était dans son élément, car telle était sa mission.

***