Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire Propre - Chapitre 2-2

Source : Pinterest - Enregistré depuis lihat.co.id

Source : Pinterest - Enregistré depuis lihat.co.id

Chapitre 2-2 – Chagrin

Fred se remémorait tout cela en laissant échapper sa peine. Cependant, au bout d'un certain temps, il se ressaisit. Il fit couler de l'eau froide et s'en aspergea le visage. Il lui sembla que la fraîcheur lui faisait du bien. Il réitéra son geste cinq autres fois. Pendant qu'il se concentrait à regarder l'eau remplir ses mains, il ne pensait plus... Enfin, il stoppa le jet, attrapa une serviette avec laquelle il s'essuya et se dirigea, serviette encore en main, vers la chambre.
« Je vais au moins enfiler un jean, s'ils arrivent pour le repas... »
Même si cela ne représentait pas grand-chose, la moindre petite action lui permettait de moins souffrir.
Quelqu'un toqua à la porte :
- Ouais ! Entrez ! dit-il.
Après l'avoir salué, le serveur déposa son repas sur la petite table prévue à cet effet et repartit aussi vite qu'il était entré.
Fred regarda son repas, il picora... À vrai dire, il n'avait plus très faim, sa tête tambourinait encore.
Il se força à manger au moins le plat de résistance : une part de canard à l'orange avec ses légumes, et il alla se recoucher. Il mit des écouteurs et choisit de la musique. Il évita, comme pour se protéger, les musiques qui lui rappelaient Sandra... Et il finit par s'endormir.
Lorsqu'il se réveilla, il était dix-sept heures.
« Ah, les enfants sont chez la nounou ! » se dit-il.
Puis, presque instantanément :
« Pfff ! Qu'est ce que je fiche là moi ! Je devrais être près d'eux ! »
Il s'assit sur le lit et c'est là que le mal de tête recommença de plus belle.
« Ahhh, mais qu'est ce que j'ai dans ce crâne ! C'est bon oui ! Je vais dessaouler avant demain oui !? »
Énervé, ce qui n'arrangeait vraiment rien, il se leva pour aller à nouveau dans la salle de bain, afin d'avaler son énième cachet. C'est alors qu'il revint vers son lit, qu'il vit sur le sol, au pied de la chaise sur laquelle il avait négligemment jeté son blouson, une carte blanche ! Il la ramassa et lut : « Lise Lossare thérapeute... »
« Hum, c'est vrai ! Je l'avais zappée elle ! Est-ce que j'y vais ? Telle est la question ! J'avais dit que j'irais pour la remercier... Mais je peux lui demander des conseils pour me faire passer mon mal de tête peut-être ? Après tout, elle est thérapeute, c'est presque comme toubib ça, non ? »
C'est alors qu'il prit son téléphone portable et il ne fallut que deux sonneries pour que Lise réponde :
- Cabinet de Lise Lossare, bonjour.
- Bonjour Madame ! Je suis Frédéric Hanck, je ne sais pas si vous vous souvenez de moi, mais nous nous sommes croisés ces jours-ci au commissariat. Je suis un ami proche de Sandra...
- Ah oui Monsieur Hanck ! Je vous remets tout à fait ! Que puis-je pour vous ?
- Eh bien voilà, hum... Je voulais venir vous voir, mais vite fait, je ne veux pas vous déranger longtemps, mais j'ai besoin de voir les gens qui ont travaillé pour faire arrêter l'assassin de Sandra et les remercier. C'est ce que j'ai fait hier, je suis passé au commissariat et c'est ainsi que j'ai eu vos coordonnées. Je tiens vraiment à passer vous témoigner ma profonde reconnaissance Madame.
- Oh, mais monsieur Hanck ! J'ai pris mon rôle de consultante auprès de la police très au sérieux, et je dois vous avouer que j'ai été très émue par le destin de Sandra. Elle semblait tout à fait exceptionnelle !
- Oh oui, elle l'était ! Elle était tellement incroyable ! Un ange, trop vite parti en fait ! Nous ne la méritions peut-être pas...
Même si ces dires ne reflétaient pas exactement sa pensée profonde, Fred ne pouvait pas imaginer une seule minute, exprimer ses doutes, ce qui aurait équivalu pour lui, à dire du mal de Sandra à quelqu'un qui ne l'avait pas connue vivante ! Il ne pouvait se résoudre à faire cela, comme pour préserver sa mémoire déjà si salement entachée...
Mais la voix de Lise vint stopper sa réflexion.
- Monsieur Hanck, je vous comprends vous savez. Je peux me rendre disponible pour que nous nous rencontrions si vous le souhaitez. Je veux bien parler avec vous encore un peu de Sandra, vous la connaissiez bien, j'aimerai avoir des précisions sur ses connaissances... Cela m'intéresserait...
- Bien, alors fixez-moi un rendez-vous. Vous savez, je suis disponible moi, comme l'air même ! J'attends ici le procès... J'ai l'impression que tant que l'autre folle ne sera pas condamnée, je ne pourrais pas vivre normalement.
- Bien, j'ai un créneau demain matin à dix heures. Cela vous convient-il ?
- Oui, je serai là. Merci Madame Lossare et à demain.
Fred raccrocha. Il n'avait pas le sourire aux lèvres, mais au fond de lui, il se sentait plus calme. Il pensait vraiment que cela pourrait lui faire du bien de la rencontrer. Elle avait été l'élément déterminant dans l'enquête, et sans connaître Sandra, elle avait tout fait pour que la vérité jaillisse ! Ses actes parlaient pour elle, et tout naturellement, Fred avait confiance en elle. En plus, elle s'intéressait de façon positive à Sandra ! Alors, il allait lui en dire plus sur elle, demain…

zanatany 19/11/2016 12:03

Je viens de découvrir vos écrits, notamment ces chapitres 1-2 et 2-2

Elisabeth 19/11/2016 14:55

Merci d'avoir pris le temps de lire ces chapitres. Si cette histoire vous plait, vous pouvez acheter le livre sur lulu.com ou bien en forma kindle sur amazon en tapant : Elisabeth ROSALES ou Mémoire propre sur les deux sites. En attendant, voici le chapitre 3. Amicalement. Elisabeth.