Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arthur Rimbaud, pour le plaisir

Je voudrais juste partager avec vous un autre extrait de la fabuleuse lettre dont j'ai tiré le titre de mon article d'hier, lettre que Rimbaud à écrit à Demeny en Mai 1871. Je la trouve tellement extraordinaire !!

 

Je vous laisse donc savourer cet extrait :


"...Il s'agit d'arriver à l'inconnu par le dérèglement de tous les sens. Les souffrances sont énormes mais il faut être fort, être né poète, et je me suis reconnu poète. Ce n'est pas du tout ma faute. C'est faux de dire "je pense". On devrait dire "on me pense" - pardon du jeu de mots !!

Je est un autre. Tant pis pour le bois qui se trouve violon et nargue aux inconscients, qui ergotent sur ce qu'ils ignorent tout à fait." 


Rimbaud n'avait que 17 ans lorsqu'il a écrit ces phrases !! Elles sont exceptionnelles, n'est ce pas ? Elles ont un côté Art de Vivre. La question est de savoir comment le génie se définit et à quoi il est relié !!

Permettez-moi donc de faire à travers ce prisme, une étude de texte.

La première phrase «Il s'agit d'arriver à l'inconnu par le dérèglement de tous les sens ». Rimbaud sait qu’au fond, pour arriver à changer, "à l'inconnu", il est indispensable de « dérégler » tous les sens. L’adv préconise de changer ses sensations et perceptions –ce qui nous arrive comme informations par nos sens- pour trouver une liberté qui nous est propre. Grâce à la compréhension de ces processus et en y mettant toute la conscience qu’il est possible, nous créons les conditions indispensables à la naissance de notre être en nous. Rimbaud, en son temps, étant peu préoccupé par cela, sachant déjà qui il est, il s’est piégé avec des substances amenant à ce changement. Même si c’est très poétique et que cela a un côté romantique, ce ne sont pas des comportements judicieux à adopter. Mais que voulez-vous, les artistes sont souvent des êtres torturés !!


"C'est faux de dire "je pense". On devrait dire "on me pense" - pardon du jeu de mots !!" Rimbaud a conscience qu'il peut y avoir quelque chose ou quelqu'un d'autre en nous qui peut "penser" à notre place. 


Le fameux "Je est un autre" est la suite de cette réflexion.

 

Et je vous laisse aux vôtres !

Roséli

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

clara65 10/04/2012 07:47


Là, ce matin, je suis prise de court !


Il va falloir que je réfléchisse à cela avant de répondre vraiment, car sais-tu que cela pourrait être un sujet de philo ?


Bisous et excellente journée.