Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Tripa... quoi ???

ETYMOLOGIE DU MOT TRAVAIL

 

Du bas latin tripalium : appareil formé de 3 pieux, utilisé pour ferrer ou soigner les animaux, ou comme instrument de torture pour punir les esclaves (plus exactement servant à mobiliser les esclaves pour pouvoir les torturer soit activement soit passivement)

 

 

                                                                                              tripalium1.png

 

 

 

Dans l’antiquité : il n’y avait pas de notion de travail, les esclaves sont jugés en terme d’utilité. Confucius n’est pas pour le travail, ses opposants, les Légistes, donnent une importance cruciale au travail. Seules les activités agricoles et militaires sont autorisés. Les arts, le commerce, l’oisiveté sont prohibés. Le travail est alors un instrument de domination pour s’assurer la docilité du peuple.

 

Dans le christianisme : le travail est déjà dans la genèse mais puisqu’il y a eu faute, il devient pénible aux humains. Le concile de Vatican II (1962 – 1965) répond aux question modernes et prend position sur la question du travail qui est sanctifié.

 

Au moyen âge : d’un côté le travail intellectuel est supérieur et le travail physique est méprisé et fait par des gens inférieurs.

 

Au 18ième siècle : c’est l’invention du travail au sens moderne. Le travail est défini comme ce qui crée de la richesse, mais il n’est pas valorisé, il est synonyme de peine et d’effort.

 

Au 19ième siècle : le travail est défini comme une liberté créatrice, « l’essence de l’homme ». Marx voyait l’abolition du rapport salarial, le moyen de rendre le travail épanouissant, les états providences définissent le rapport salarial comme le moyen par lequel les droits, les protections et les revenus se mettent en place. Il incombe dès lors à l’état providence de maintenir le plein emploi.

 

Au 20ième siècle : pendant la seconde guerre mondiale, les nazis reprennent l’idée du travail libérateur et positif (par opposition aux juifs usuriers, profitant du travail des autres). Le slogan : « le travail rend libre » sera apposé à l’entrée des camps d’exterminations.


Sous Vichy : Pétain en 1941 crée la nouvelle devise nationale : Travail, Famille, Patrie. Le droit de grève est supprimé, les syndicats interdits remplacés par des corporations contrôlés par l’Etat, ; le retour à la terre est favorisé, les femmes aux foyers.

   

Suite à la 2d guerre mondiale : la croissance est là avec les 30 glorieuses : plein emploi et découverte des loisirs (les congés payés). Il y a une remise en cause de l’idée du travail au profit de la société de loisir. Contestation du travail est à son apogée en Mai 68 : les jeunes remettent en cause le productivisme et le consumérisme.


                                                                                   

 

La valeur travail au sens moral est aujourd’hui retenu pour déterminer mérite et rémunération. Les libéraux considèrent que le marché rémunère ceux qui rendent service aux autres et cela spontanément. La valeur d’un travail varie en fonction de l’intérêt que les autres lui portent.

 

J'ai fais un résumé de ce qui se trouve sur Wikipédia concernant l'étymologie du mot travail.

Je vous laisse à vos réflexions...

Je ne manquerai pas de faire les miennes, à l'occasion, dans un prochain article.

 

Roséli

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

clara65 10/02/2012 07:23


Bonjour,


C'est un tour très complet de ce que représente ce mot "travail". Pour moi, l'ère de l'industrialisation au XIXème siècle a été la pire qui soit avec des journées interminables dans des
conditions épouvantables, et aussi le travail des enfants.


On n'en d'ailleurs pas sortis partout dans le monde.


Je rajouterai qu'on parle aussi de "travail" pour les femmes en couches.


Il serait intéressant de savoir pourquoi.


Bises et bonne journée.