Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nos tableaux/croyances

Je vous propose d'imaginer vos croyances comme des tableaux qui sont accrochés aux murs de l'intérieur de votre maison qui est le représentée de ce que vous êtes.


Certains de ces tableaux étaient en place depuis longtemps avant votre entrée en possession des lieux et vous en avez donc hérité. Vous les gardez car vous y tenez ! A bien les regarder cependant ils ne vous plaisent pas vraiment mais comme ils viennent de vos ascendants, vous vous dites que vous ne pouvez pas vous en débarrasser ! Ce serait comme les renier, c'est à dire rejeter une partie de votre identité. Précisons quand même que parmi ces tableaux, il y en as de grande valeur, peints par un personnage familial très doué. Pour vous, ces tableaux sont précieux.


Par contre, sont exposés certains tableaux qui sont réalisés sans talent, plutôt médiocres voire laids ! Vous les avez trouver dans des grandes surfaces et vous auriez envie de vous en débarrasser mais "cela ne se fait pas". Vos amis qui viennent chez vous parlent de ces tableaux en des termes peu élogieux et parfois certains vous disent qu'il faut vous en séparer, que votre maison vaut mieux que cela !! Pourtant vous les gardez. Pour d'autres cependant, vous les avez acquis dans des salles de ventes, dans des galeries d'arts, dans des magasins spécialisés : il y a des chefs d'oeuvres qui vous émerveilles et vous font la vie plus douce.


Enfin, vous possédez des tableaux que vous avez réalisé vous même, avec vos couleurs et votre imagination. Ils sont spéciaux pour vous même si parfois vous n'êtes pas totalement satisfait du résultat.


Vous avez donc tous ces tableaux chez vous, plus ou moins bien placés et vous les voyez suivant la pièce que vous traversez...

 

Maintenant, faisons un parallèle avec nos croyances 


La maison c'est nous. Elle représente notre personnalité. Et puis, ne dit on pas aussi indistinctement "mon intérieur" pour désigner l'intérieur de sa maison et/ou de son psychisme?


Les tableaux accrochés à nos murs représentent nos croyances.


Certaines croyances nous viennent de notre clan familial et sont passées de génération en génération jusqu'à nous sans changer. Certaines sont de fait quelques peu désuètes et même carrément hors sujet parfois mais il nous est difficile d'en changer car nous y tenons vraiment. Certaines autres sont extraordinaires et sont de vrais trésors qui nous permettent d'être ce que nous sommes aujourd'hui. Elles sont donc précieuses. Les unes et les autres font parties de notre identité. Ce sont les tableaux/croyances issues de nos ancêtres.


Nous avons acquis d'autres croyances durant notre vie ; de part nos études, notre profession, nos divers chemin de vie... Le panel de choix est immense, du super marché/croyances "acquises à la chaine", aux galeries d'art/croyances "acquises après mûres réflexions", nous avons pris des croyances qui sont en général sensiblement les mêmes pour tout le monde. Ce sont les tableaux/croyances que nous avons acquis sur le marché.


Puis il nous est arrivé de fabriquer nous même nos propres croyances, celles issues de nos expériences. Couleurs et formes, nous y avons mis toute notre créativité. Ce sont les tableau/croyances issues de notre vécu.


 

                                          



Dans votre vie cependant vous vous apercevez que certains de ces tableaux/croyances ne vous conviennent pas du tout. Vous voulez donc vous en débarrasser mais vous ne savez pas comment vous y prendre parce que cela est compliqué émotionnellement, vous les avez toujours connus accrochés là et vous avez peur de ce changement.

Est ce que cela va vraiment être jolie dans votre intérieur ? Que vont dire les autres de ce changement ? 


Cette première étape est très importante car c'est elle qui déterminera si vous êtes prêt à changer vos vieux et moches tableaux/croyances en d'autres plus adéquats et plus beaux.


 

Dans le prochain article, vous sera proposé un exercice de PNL pour adopter de nouvelles croyances.

 

Roséli 


 


Voir les commentaires

Changer ses croyances 1

Pour faire suite au dernier article nommé "Croyances" que j'ai posté avant hier, je voudrai vous présenter une façon de faire le tri dans nos croyances.

Je vous propose pour cela une analogie entre un objet que tous le monde connaît qui est une armoire de rangement de bureau, et notre cerveau où sont rangés, si vous pouvez le considérer ainsi quelques minutes, nos dossiers/croyances. 

 


                         http://www.equipburo.com/images/rangements-classements/b-armoire-classement-1.jpg

 

Commençons donc le rangement :


- commencer par trier ce qu'il y a à l'intérieur


faire un tas prêt à jeter, cela veut dire que visuellement vous mettez les dossiers/croyances dont vous ne voulez plus de côté, dans un sac symbolique ou dans une panière par exemple.


puis vous ouvrez de nouveaux dossiers tous neufs ! Concrêtement, vous vous installez confortablement, devant une feuille et vous allez réfléchir à ce que vous voulez voir arriver dans votre vie. Rêver, faîtes vous plaisir, surtout veillez à ce que les vos souhaits soient exprimés en positifs tels que "Je veux..." (et surtout pas "Je ne veux plus...") 


Lorsque vous aurez défini ce que vous voulez par rapport à la situation qui est à changer, vous en déduisez la croyance qui pourrait se prêter à cela, 


Cette étape est très importante et peut prendre beaucoup de temps parceque vous devez adapter la croyance au résultat que vous escomptez recevoir. Il vous faudra sans doute de l'aide pour que vous puissiez arriver au 100 % de la nouvelle croyance adapté au 100 % du résultat que vous voulez...

 

- Enfin, une fois que votre nouveau dossier/croyance vous convient parfaitement, vous pouvez le ranger dans l'armoire dans le meilleur endroit qui soit !

Votre nouvelle croyance doit se sentir bien chez vous, c'est à dire que vous allez y penser souvent, la lire et l'activer le plus possible.

Visualisez ce qu'elle va vous apporter, faîtes vivre le résultat et la joie que cela vous procure. Ainsi, vous reconnaitrez ce bien être lorsqu'il arrivera concrètement dans votre vie !

 

A vous de jouer !!

 

A bientôt

Roséli

 

NB : Aujourd'hui je voudrais souhaiter un bon anniversaire à mon premier fils Thomas qui fête ses 15 ans. Grosses bises que je vais m'empresser de lui faire de suite !

 

Voir les commentaires

Remplacer nos croyances

Cette magnifique photo est le reflet d'un soleil couchant. Elle illustre parfaitement le fait que notre réalité est le reflet de nos croyances et non l'inverse !!

 

                          Image du Blog petitemimine.centerblog.net
Source : petitemimine.centerblog.net sur centerblog.

 

 

Les croyances sont à analyser, une par une. Si un jour vous voyez que vous n’êtes pas en accord avec certains aspects de votre vie, vous pouvez vous poser ces quelques questions :

 


                                 

 


Première question :


- Est-ce que ce que je crois m’aide dans ma vie ou me créé des difficultés ?


En effet, parfois il faut savoir s'arrêter de faire toujours les mêmes choses qui amènent toujours aux mêmes résultats ! Si vous en avez assez de vouloir quelque chose et d'obtenir toujours le contraire c'est probablement que vous avez une croyance, parfois cachée qui entraîne cela.


Rappelez vous que nous obtenons toujours exactement ce que nous avons d'inscrit dans le fond de notre inconscient.


Que nous soyons heureux ou malheureux du résultat importe peu. Si vous voulez changer les résultats d'une action, il vous faut changer les croyances, c'est à dire la ou les pensées que vous avez à ce sujet. C'est ainsi que vous pourrez mettre en place de nouvelles actions qui vous permettront enfin obtenir des résultats différents. Et tant qu'à faire, veillez à mettre en place des résultats que vous aurez choisis d'avoir et pas qui sont choisis pour vous par les autres !!


 

Deuxième question : 


- Quel est l’énoncé exact de la croyance ?


Cette question est importante parceque si vous n'avez pas le 100% de l'énoncé, il restera un pourcentage qui bloquera le processus de transformation. Parfois, c'est très évident de savoir quelle est la teneur exacte de la croyance : celle ci a été tellement répétée que nous la connaissons par coeur ! Par contre, certaines agissent dans l'obscurité de notre inconscient. Parfois nous ne savons même pas que nous sommes soumis à leur emprise... 


 

Troisième question :


Qui dit ça ?


En posant cette question, nous nous apercevons que parfois, ce sont nos parents, éducateurs ou amis qui nous ont inculqués des croyances, souvent sous forme d’injonction et parfois en réponse à une de leur peur ! Nous avons fait corps avec cela et nous pensons que c’est la réalité, la seule et unique qui nous convient sur le sujet !

Je pense en particulier à l’injonction que souvent les parents font à leurs enfants : «Ne parle pas à des inconnus». La croyance rattachée à cela est que les inconnus peuvent être dangereux. Si nous ne prenons pas conscience de cette croyance - qui est aidante pour les enfants et limitante pour les adultes – nous pouvons évoluer en pensant que tout ce qui est inconnu est dangereux et que nous devons nous en méfier ! Or, si nous sommes, pour certains, passé outre concernant les personnes, il n'en est rien concernant certaines nouveautés. Il est parfois, difficile de changer et de s'ouvrir à l'inconnu dans notre vie avec une injonction aussi forte...

 


La dernière question est :


Est-ce que je peux changer de croyance et par quoi ?


Il est en effet important de savoir que la nature a horreur du vide. Si vous réussissez à chasser une croyance limitante et que vous ne la remplacez pas par une autre qui vous sera plus utile, vous courrez le risque de voir la première revenir sans même vous en apercevoir, ou bien vous allez en mettre une autre négative, ne vous appartenant toujours pas ! Ceci ne vous aidera pas dans votre quotidien. 

 

 

Réfléchir sur ses croyances qui sont le chapiteau de notre vie est extrêment important et nous permet de changer si nous le décidons vraiment et si nous sommes prêt à devenir des exploracteurs de notre vie.

 

A bientôt 

Roséli

Voir les commentaires

L'argent

Comme j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire, la compréhension des mots par notre cerveau ordinateur est aussi une affaire de phonétique. Lorsque nous parlons, les sons que celui ci entend sont tout à fait significatifs de ce que nous comprenons vraiment. L’interprétation des sons peut dépendre entièrement de ce que nous avons comme expériences. Voir texte sur le « tailleur de pierre ».

 

                                                          

 

Ce que voudrais développer avec vous dans ce texte c’est une réflexion sur le sens phonétique du mot argent.

Mon propos n’est pas de développer les croyances diverses et variées que la plupart d’entre nous avons au sujet de l’argent. Je vais juste tenter de développer ce que nos oreilles entendent lorsque le mot argent est prononcé.


L'argent, c'est l'art des gens


Il ne s’agit pas de l’art au sens de domaine d’activité.

Je parle de la façon dont chacun prend soin de son argent. Je parle en fait de la gestion de l’argent. Quels gestes faisons-nous pour prendre soin de lui, pour qu’il devienne ce que nous voulons, pour que nous soyons fiers de lui ?

Pourquoi ne pas le considérer comme une entité à part entière, avec une vie autonome, qui a besoin une raison de se sentir bien en notre compagnie, une raison de nous aimer et de prospérer.


Vous savez que là où notre attention se porte, les choses s’arrangent, se passent  mieux, si tel est notre désir.


Par exemple : si vous possédez des plantes chez vous, voyez à quel point elles sont belles et épanouies lorsque vous prenez la peine de les arroser régulièrement, de les épousseter de temps en temps, de les protéger du mauvais temps et de les nourrir ou les changer de pot à la bonne saison pour qu'elles soient encore plus luxuriante et abondante !


C’est pareil pour tout et aussi pour l’argent !


Si vous décidez de vraiment vous en occuper, de la même manière que vous allez vous renseigner chez un fleuriste de ce dont vos plantes ont réellement besoin, vous devez vous poser un certains nombres de questions concernant votre argent, si vous voulez qu’il prospère et soit bien chez vous. C’est en allant consulter un professionnel ou mieux, des gens qui en ont beaucoup et qui savent s’en occuper, que vous pourrez en prendre soin à votre tour. Il se sentira bien, fort et aimé, c’est ainsi que vous développerez une véritable connaissance, que l'on peut considérer comme un art lorsque c'est fait de façon personnelle et créative, c'est ça l'art (des) gens !


N'hésitez pas, si vous avez des expériences où vous avez prospéré lorsque vous vous êtes décidé, de vous occuper de votre argent et de vos affaires, à les partager ici !

 

Cet article est évidemment symbolique. Tout y est dit, mais tout est à faire !! J'espère simplement que cette vision de l'argent vous aidera dans vos réflexions.


Bonne soirée

Roséli 

 

Voir les commentaires

Michael Jackson

Michael Joseph Jackson, né le 29 août 1958 à Gary (Indiana) et mort le 25 juin 2009 à Los Angeles (Californie), est un chanteur, danseur-chorégraphe, auteur-compositeur-interprète, acteur et réalisateur afro américain. Il est reconnu par le Livre Guinness des records comme étant l’artiste le plus couronné de succès de tous les temps. Selon le Rock and Roll Hall of Fame, il a été identifié comme étant l'artiste le plus populaire dans toute l'histoire de l'industrie du spectacle.Source : Citation Education - Citations sur Education -

« La meilleure éducation au monde est de regarder les maîtres à l'oeuvre. »

                                                                          

 

   

S’il y avait bien quelqu’un qui excellait dans son domaine, c’est sans aucun doute Michael Jackson. Nous pouvons donc lui faire confiance lorsqu’il affirme qu’il est très instructif pour nous de regarder « les maîtres à l’œuvre ».

 

Cela va parfaitement avec le fait que si vous voulez être performant dans un domaine, cherchez les gens qui y ont réussis brillamment et demandez leurs conseils. Observez ce qu’ils ont mis en place pour obtenir leurs résultats.

 

Il ne vous viendrait sans doute pas à l’idée de conduire une voiture sans avoir appris à conduire. Pour apprendre à conduire vous devez assister à des cours de théories où vous apprenez à lire et à comprendre les panneaux de signalisation et des cours pratiques où vous apprenez avec un professionnel qui sait parfaitement conduire. Au début, vous n’êtes pas à l’aise, vous échouez à reconnaître les panneaux et ne savez pas trop parfois qui est prioritaire et lorsque vous montez pour la première fois derrière le volant, il vous semble que vous devez faire et penser à une tonne de chose en même temps, et malgré toute votre concentration, vous roulez comme un escargot, vous calez en pleine rue, vous n’arrivez pas après votre 10ième tentative à faire ce créneau pour garer cette voiture  !!!  Il se peut même que vous n’ayez pas envie de continuer. Si ce n’était le fait que vous voulez le permis pour être autonome - et c’est une motivation suffisante ! – vous arrêteriez dès la fin du premier cours !

Pourtant à force de persévérance, vous acquérrez des automatismes et vous finissez par devenir, grâce aux conseils et à l’apprentissage, un excellent conducteur.

 

C’est pareil pour tout ce que vous voulez apprendre.

 

Vous devez si vous voulez avoir des résultats positifs, apprendre auprès de personnes qui sont des expertes et qui connaissent parfaitement le sujet.

 

Si Michael Jackson avait besoin de personnes comme ça, est ce que nous en avons besoin aussi ? Je pense sincèrement que oui !


                                               

 

Lorsque un ami ou une connaissance vous donne des conseils, demandez lui s’il les a mis en pratique et s’il a consulté d’autres personnes avant de les mettre en pratique et s’il connaît tout sur le sujet en question. Si oui et s’il a échoué, demandez lui s’il a essayé une autre fois, ou une autre méthode…et vous saurez s’il est un expert digne d’être pris en référence ou si c’est juste quelqu’un qui a une expérience de référence qu’il a généralisé. Parfois même, certaines personnes se référent à ce qu’elles ont lus ou entendus sur le sujet pour donner un avis définitif. Attention de ne pas être découragé ou dérouté par quelqu’un qui ne possède pas l’expertise nécessaire pour vous aider vraiment !

D’autre part, si nous voulons réussir, il n’est pas nécessaire de faire le chemin seul. Dites vous qu’il existe des gens qui ont réussis dans le domaine où vous vous lancez, et ces gens seront ravis de vous indiquer comment ils y sont arrivés et ce qu’il faut avoir comme compétences. Ils vous ferons gagner du temps en vous indiquant les pièges à éviter et les chemins les plus courts pour réussir. Vous n’aurez qu’à les remercier le plus vivement possible !

 

Pourquoi réinventer la roue ?

 

A bientôt

Roséli

 


 

 

Voir les commentaires

Pavlov et son chien

Pour faire suite aux deux derniers articles et continuer sur les conditionnements auxquels nous sommes tous soumis -que nous le voulions ou pas et que nous en ayons conscience ou pas d'ailleurs- je voudrais vous parler d'un réflexe d'apprentissage ou plutôt de dressage.

Je veux parler du fameux "réflexe de Pavlov" !

Bien sûr, ce n'est pas précisément le sien, car Ivan Petrovitch Pavlov, (1849 – 1936) était un médecin et physiologiste russe, lauréat du prix Nobel de physiologie et médecine de 1904 et de la médaille Copley en 1915 (qui est une récompense prestigieuse dans le domaine des sciences attribuée par la Royal Society de Londres), mais c'est lui qui a fait avancer les recherches sur les réflexes conditionnés.

Ce scientifique a prouvé l'existence de deux sortes de réflexes : ceux innés présents à la naissance et ceux acquis lors d'un apprentissage par exemple. Pavlov voulait prouver que les réactions acquises par les habitudes ou l'apprentissage deviennent des réflexes et qu'il suffit d'un seul point d'entrée ou stimulus, pour déclencher l'ensemble de la réponse conditionnée.

En fait, il a mis en évidence ce que l'on appelle aussi les "autoroutes neuronales" (c'est-à-dire les réponses automatiques que produit le cerveau-ordinateur lorsqu'il est stimulé d'une certaine façon) et l'importance des ancres qui sont comme les péages d'entrée de ces autoroutes.

Il eut l'idée de prendre un chien comme cobaye et de lui donner à manger en même temps que de faire tinter une cloche. Il fit ceci pendant un certain temps, le temps que le cerveau du chien fasse le lien entre le son de la cloche et la nourriture. L'autoroute neuronale était en place. Ensuite, Pavlov n'avait qu'à faire tinter la cloche, même en dehors des heures des repas, pour que le chien se mette à saliver !

Ici, une ancre auditive est en action, un réflexe conditionné est en place. L'heure du repas sera toujours associée, pour ce chien, au son de la cloche.

C'est pareil en ce qui nous concerne. Nous avons parfois des réactions qui sont toujours les mêmes et qui sont pré-enregistrées. Il suffit d'activer au moins une ancre, soit visuelle, spéciale, auditive, kinesthésique ou gustative*, pour que se ré-enclenche la réponse près enregistrée ; la voiture s'est engagée sur l'autoroute.

Parfois cela est bien pratique. Il est évident que nous n'avons pas besoin, justement concernant la conduite automobile, de toujours nous rappeler consciemment comment passer les vitesses ou comment faire du vélo par exemple. Au bout d'un moment cela fait vraiment partie des réflexes et c'est tant mieux.

Pourtant parfois, cela peut nous jouer des tours. Avoir toujours les mêmes réponses peut être très bloquant. Il faut savoir remettre en cause ces conditionnements surtout lorsqu'ils sont inappropriés.

Souvenez-vous de la singattitude !!

*En parlant d'ancre, j'ai en tête l'exemple très célèbre de la madeleine de Proust. C'est en mangeant une madeleine trempée dans une tasse de thé que Proust se remémora quelques instants une scène de son enfance, saveurs, odeurs, sensations, images... Tout lui revint en mémoire. L'ancre était gustative, c'est le péage qui lui a permit d'emprunter l'autoroute de ce souvenir particulier.

Et vous quelle est votre madeleine de Proust ?

Voir les commentaires

Le temps

 

Vous savez que le temps est le bien le plus précieux que nous possédons. Mal l'utiliser ne reflète qu'une façon de fuir ce qu'il y a d'essentiel en nous, c'est se fuir soi même. 

Bien au delà de ce que nous croyons sur l'utilité sociale d'une journée bien remplie, celle ci n'a de sens que si l'on sait qui l'on est. Nous ne pouvons pas être entièrement dévoué aux autres si nous ne savons pas qui nous sommes avant d'offrir nos talents et nos possibilités.

Lorsque nous nous posons la question sur ce que nous ferions si nous avions des ressources financières illimités, beaucoup d'entre nous disent qu'ils feraient un voyage autour du monde, des vacances... Mais ce qui est important c'est ce qui se passe après. Une fois rentré chez soi, que ferions nous alors ? Combien de temps tiendrions nous sans actions, sans avoir quelque chose pour nous distraire ?

Repartir, refaire des choses...et ainsi se fuir. Faire et avoir pour être.

La seule quête, chercher qui nous sommes au fond...et nous arrêterons de fuir. Le temps est alors ce qui reste et c'est précisémment ce qu'il faut.

La vieillesse a ceci de merveilleux ; c'est le temps idéal pour se poser ces questions existentielles.

Roséli



 


     

 


Voir les commentaires

Nos pensées sont créatrices

La réussite, mais aussi le bonheur, le bien être, la richesse même... et toutes les autres notions qui nous tiennent à coeur, sont justes et uniquement des histoires que nous nous racontons.

Nos pensées qui forment notre dialogue intérieur, transparaissent dans ce que l'on dit.

Ce que nous avons dans la vie est exactement ce que nous pensons. Tout le reste ne sont que des histoires que nous nous racontons. 

                                                        

Ce que nous voulons n'a pas grande importance tant que nous ne changeons pas nos pensées et que nous ne passons pas à l'action.

Nos pensées sont créatrices

Penser "je n'aime pas les autres" et vouloir être entouré n'est pas compatible.

Penser "je n'aime pas l'argent" et vouloir être riche n'est pas compatible.

Penser "je n'aime pas travailler" et vouloir être bien dans son travail n'est pas compatible.

...etc...

Soyez honnêtes, regardez votre réalité et vous pourrez en déduire vos pensées profondes.

Bonne nouvelles !!

Changez vos pensées profondes puis passez à l'action et vous aurez des résultats différents.

                                                   

Vous ne savez pas comment ? Renseignez vous sur ce que les gens qui réussissent dans le domaine qui vous intéresse pensent et font pour atteindre leur objectif. Faîtes comme eux et vous aurez des résultats similaires.

Continuez à venir de temps en temps lire ce blog . Y sont décrites plusieurs façons concrètes pour vous aider à savoir ce que vous voulez vraiment, à chercher les informations adéquates et à passer à l'action.

 

  Roséli

Voir les commentaires

Les compliments

Si vous souhaitez maximiser la communication avec autrui, il vous suffit de respecter quelques uns des conseils ci après :

   

1 – Lorsque vous rencontrez quelqu’un, écoutez le vraiment et cherchez à lui faire des compliments sincères. C’est comme si vous lui signifiez que vous entrer dans sa bulle, comme si vous lui disiez que vous avez les mêmes goûts que lui et donc que vous appartenez au même monde.

Par contre, si vous ne trouvez rien à dire sur sa façon de se vêtir ou sur sa coupe de cheveux, il vaut mieux vous abstenir de toutes réflexions. Si elles ne sont pas sincères, cela se ressentira et l’autre aura l’impression que vous essayez de le manipuler ou que vous attendez quelque chose de lui.

Si vous n’êtes pas inspiré sur son aspect, vous pourrez, plus tard dans la conversation, trouver des compliments sur une idée, sur une action, sur son travail…qui pourront être source de compliments que vous aurez à coeur de diffuser discrêtement et sincèrement.

 

Cet exercice a ceci de positif qu’il vous oblige à bien écouter votre interlocuteur. Il vous en sera reconnaissant car la plupart du temps, les gens ne s’écoutent pas vraiment. Cela vous oblige aussi à trouver quelque chose de positif à faire ressortir de l’entretien. Soit, c’est évident la personne est déjà très positive et c’est donc facile de la féliciter pour ce qu’elle a fait ou dit. Soit la personne est négative et alors cela vous demande de poser des questions qui la feront rebrancher sur des choses positives. 

 

2 – Mettez vous à la place de la personne en face de vous, faites comme si c’était vous. Ici nous pouvons nous dire que le principe : « faîtes aux autres ce que vous voulez que l’on vous fasse » doit être mis en action. D’autant plus si vous attendez une réponse de votre interlocuteur. Demandez vous comment faire pour qu’il soit gagnant tout comme vous et que cela soit en accord avec ces désirs. Ici, en PNL (Programmation Neuro Linguistique), le principe est OK plus pour vous et OK plus pour l’autre : faire cela permet d’être sûr de réussir sa transaction. Faîtes en sorte qu’il comprenne qu’il va retirer des avantages à vous aider, seulement si c'est vrai bien sûr...

 

3 – Dernier point très important, surveillez la forme de votre conversation. La façon dont vous allez parler à votre interlocuteur est primordiale. Chaque milieu, chaque profession à son propre langage. Si vous voulez obtenir quelque chose de quelqu’un, à part jouer les parfaites ingénues, c’est mieux de parler le même langage professionnel. Ce serait dommage de mal vous exprimer car votre intention, si vous respectez ces quelques conseils de base, est excellente.

En bref, aimez les autres, soyez attentif à eux, à ce qu'ils veulent, à leurs désirs et vous obtiendrez les meilleures conditions pour avoir une conversation agréable et réussit.

A bientôt

Roséli

Voir les commentaires

T. Harv Eker

Qui est Harv Eker?


T. Harv Eker est multimillionaire et enseigne comment le devenir. C'est aussi un auteur et un conférencier connu dans le monde entier. Il est l’un des enseignants du Secret et de la Loi de l’Attraction. Il a dit dans son livre "Les secrets d'un esprit millionnaire" :

"Si vous souhaitez changer les fruits, vous devrez d'abord changer les racines. Si vous devez changer le visible, il vous faudra d'abord changer l'invisible".


                                                         


Si vous voulez changer ce que vous êtes, ce que vous faîtes et/ou ce que vous avez, vous devez d'abord changer l'état d'esprit, les croyances qui sous tendent ces résultats.

L'état d'esprit tout comme les croyances sont des histoires que nous nous racontons et que nous pensons sur la vie et qui font notre réalité.

Si nous voulons changer, et que nous pensons toujours les mêmes choses, ou que nous croyons que c'est aux autres de changer alors, rien ne bouge. Nous faisons toujours plus de la même chose. Les mêmes pensées entraînent toujours les mêmes résultats...

Si nous voulons changer vraiment, et que nous avons toujours les mêmes résultats insatisfaisants, c'est que nous nous racontons des histoires et que nous avons gardé les mêmes anciennes façons de penser...

Si nous voulons changer, prenons la décision de penser la vie autrement, d'essayer au moins quelque temps, juste pour voir... Mais si nous le faisons, faisons le vraiment, il faut y croire !! Et attendons... Les résultats différents, si nous savons les reconnaître, seront aux rendez vous. Acceptons les, tels qu'ils viennent, réjouissons nous de ce qu'ils apportent à notre vie, même si au début ils nous paraissent infimes.

Le danger est de ne pas persévérer. Changer vraiment nécessite un peu de temps, c'est comme de demander à un paquebot de changer de cap. Au début, il dévira un tout petit peu de sa trajectoire - la décision de changer de cap est totale mais les résultats au début sont imperceptibles - puis à force de maintenir la barre - détermination - il finira par aller vers la nouvelle direction.

Considérez vous comme un paquebot, soyez patient et déterminé à changer de cap.


Essayez, et vous serez agréablement surpris...

Roséli

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 > >>