Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie est un long fleuve...

Un bout de sagesse...


 

Eckart Tollé dans son livre audio "Nouvelle Terre" nous raconte cette histoire de pure sagesse à adapter à notre vie : 


"Un maître zen vivait dans une région reculée de la Chine et beaucoup de monde venait lui demander des conseils de sagesse. Il était très estimé. 

Un jour, ses voisins viennent le voir furieux et lui dirent en hurlant que leur fille adolescente était enceinte et qu'elle leur avait dit que c'était lui le père !

Le maître zen devant une telle accusation répondit simplement : "Ah bon !"

La nouvelle fit le tour de la région et plus personne ne vint consulter le maître. Il perdit sa réputation mais il n'en fut pas vexé ni contrarié, il continua à vivre aussi simplement et sans vagues, comme avant.

Lorsque l'enfant naquis il fut amener au maître par les parents qui lui dirent :"Vous êtes le père, occupez vous en !"

"Ah bon" leur dit il en prenant l'enfant.

Le maître pris grand soin de l'enfant pendant un an. Or, prise de remords, la fille adolescente finit par avouer que le père de l'enfant était en fait l'apprentis du boucher ! Les parents vinrent en s'excusant auprès du maître en lui disant "Nous sommes vraiment désolés, notre fille nous a avoué que l'enfant n'était pas de vous, alors nous venons le reprendre".

Le maître leur répondit : "Ah bon" et leur rendit l'enfant !

 

 

Imaginez un peu la façon dont nous aurions vécu cette histoire ! Nous aurions juré, nous nous serions offusqué, nous aurions défendu notre honneur et la vérité ! 


Nous aurions été à contre courant de ce que la vie nous envoyait.


Nous aurions voulu que les choses aillent dans notre sens et nous nous serions battu pour faire valoir nos droits alors que le maître montre par son absence de lutte, une incroyable adaptation à ce que la vie lui envoie et il transforme ainsi l'adversité en félicité !


Quel courage en réalité, quelle confiance en la vie, quel détachement !


Rien n'est grave, tout arrive lorsqu'il faut que cela arrive et lutter contre le courant puissant de la vie ne sert qu'à s'épuiser. 


Pour souffir dans la vie, ayez de grands principes, tenez vous y fermement ! Vous serez admirez pour cela, on vous encensera, vous aurez l'impression d'être quelqu'un de vraiment bien !

Et c'est vrai !!

Mais tôt ou tard, vous serrez confronté aux limites de vos choix et vous vous demanderez si résister encore et encore en vaut la peine !


Pour vivre dans la joie à chaque instant, prenez ce qui arrive comme quelque chose qui vous emmene vers votre grandeur. Ne jugez pas ce qui vous arrive, n'y mettez aucune valeur. Ce qui arrive est neutre, toujours ! C'est le ressentie qui l'étiquette en "bien" ou "mal".

 

Dès qu'il y a jugement sur une chose, dès que nous résistons à une situation, nous nous détachons de la leçon qu'il y a a en retirer et cela nous éloigne de nous. La vie le sais, et si la leçon n'est pas comprise, elle nous remet sans cesse devant le même type de difficultés jusqu'à ce que nous en saisissions le sens.

 

Car la compréhension libère et nous ramène à l'essentiel de notre être.


 

Roséli

 

 

 

 

 



Voir les commentaires

Habitudes


" On ne se débarrasse pas d'une habitude en la flanquant par la fenêtre ; il faut lui faire descendre l'escalier marche par marche." de Mark Twain


Il est vrai que lorsque nous avons une habitude dont nous voulons nous débarrasser, il est extrêmement difficile d'en changer d'un coup. Il est plus facile de le faire petit à petit. 


Tout simplement parce que ce sont des mécanismes routiniers, ancrées en nous et qui nous rassurent. Nous savons parfaitement les faire et dans ce monde où parfois nous ressentons des incertitudes face à ce qui va arriver, faire et re-faire les mêmes gestes donnent le sentiment de contrôle.  


Ce côté positif des habitudes - les pédopsychiatres disent que les enfants ont besoins de repères et donc d'habitudes - devient pénalisant lorsque nous sommes adultes parce que certaines de nos habitudes nous enferment dans une routine qui est néfaste à notre adaptabilité et à notre créativité.


Or l'adaptabilité nous permet de faire face à n'importe quelle situation sans avoir la sensation que tout s'écroule autour de nous et la créativité est un puissant moteur de renouvellement et d'émerveillement.



Sortir de nos habitudes nous dérange mais lorsque nous sommes décidé à le faire, nous nous rendons compte que face à l'inconnu, nous avons des ressources insoupçonnées et notre estime et confiance en nous même en sortent largement grandis.

 

 

Cela vaut donc le coup "de mettre le feu à sa zone de confort !!!" comme le dit Patrick Leroux.


 

Roséli


Voir les commentaires

Recevoir

Est-ce que vous savez recevoir ?


Ici, nous ne parlerons pas de l’art de recevoir des gens, quoique le parallèle pourrait être intéressant.

 

Nous parlerons du fait de recevoir les bienfaits venus de l’extérieur, ceux que nous attendons de tout notre cœur.


 

                                                                         


 

Souvenez-vous lorsque vous connaissez votre mission et que vous savez ce que vous voulez grâce au(x) objectif(s) que vous vous êtes fixés, vous faîtes des actions pour arriver à des résultats. 

 

Ce sont de ces résultats dont nous allons parler et surtout de la façon dont nous les accueillons.

 

Lorsque nous faisons une action, il y a toujours un résultat qui en lui-même est neutre, c’est notre ressentie dû en partie à notre attente qui le transforme en résultat positif ou négatif. 

 

 

Si les effets, les résultats que vous obtenez vous semblent négatifs :

  • vérifier si ce n’est pas une interprétation de votre part,
  • vérifier vos actions et modifiez les si besoin, 
  • vérifier si votre ou vos objectifs sont alignés avec votre mission.


Si les effets, les résultats vous semblent positifs : REMERCIEZ !!

  • remerciez vous en premier,
  • remerciez votre entourage qui vous soutiens et vous aide, 
  • remerciez l’Univers qui vous permet de recevoir les résultats de vos actions.

 

C’est ça aussi savoir recevoir.

 

Roséli

 

Voir les commentaires

La richesse

Je suis tombée par hasard sur une mine d’or et je voudrai la partager avec vous !!


 

Je lisais "Cheminer vers la sagesse" un des nombreux livres de Deepak Chopra - directeur de l’institut du potentiel humain de San Diego en Californie – où il parle de la richesse avec cette petite histoire :


 

« - Je suis riche, me disait le baba (le sage). En fait, je suis la personne la plus riche que j’aie jamais rencontrée.

C’était plutôt drôle.

-          Baba, vous n’avez pas une roupie. Vous mangez parce qu’on vous invite chaque soir à dîner. Vous portez des vêtements usés jusqu’à la corde. Je ne suis pas sûr que vous ayez de l’argent.

-          Quoi qu’il en soit, l’univers a subvenu à tous les besoins que je n’aie jamais eus, rétorqua le vieil homme. Tu seras l’homme le plus riche du monde si tu as assez d’argent pour faire tout de suite ce que tu as besoin de faire. »

 

 

Elle est parlante cette histoire, souvenez-vous Besoin est différent de Envie …

 

 

Mais lisez donc la suite :

 

« …Je l’ai suffisamment essayé pour savoir que l’esprit ne voit aucune différence entre un centime et un milliard d’euros. Il nous donne selon nos besoins. Satisfaire ses besoins devrait être aussi simple que de remplir un seau au robinet. Mais le robinet est bloqué par la peur, la tension, le doute et la confusion. Chaque fois que vous éliminez le plus léger blocage, l’abondance de l’esprit se déverse un peu plus. »


 

Cette idée est extraordinaire et tellement simple en même temps. Elle parle du fonctionnement du cerveau ordinateur.


 

Il nous est donné à chaque instant suffisamment pour subvenir à tous nos besoins. Je l'ai lu à plusieurs reprises, d'autres auteurs que M. Chopra l'ont dit et expliqué souvent. Je l’ai moi-même expérimenté lorsque j'étais étudiante. En effet, mes parents me donnaient une certaine somme en début de semaine, jamais la même et toujours très modeste (environ entre 20 et 30 Francs parfois moins encore. Cela représente entre 3 et 5 €). Ce n’était, même à l’époque, pas grand-chose et pourtant, étant donné que je n’avais que de la reconnaissance face à cela, je ne faisais donc pas exister le manque. Au contraire, je me disais que c’était bien et ces 20 Francs devenaient comme par magie, la somme exacte dont j’avais besoin pour la semaine !


C’est comme si tout se mettait en place pour que mes besoins collent à mes moyens. Dans ce contexte bien précis, c'est une force mais pour la suite, c'est aussi un frein puissant à la réussite.


 

C’est là qu’est le secret.

 

 

Vous êtes d'accord qu'actuellement vous vous efforcez de faire coller vos besoins à vos moyens !


Vous êtes d'accord que vous essayez aussi à faire augmenter vos moyens pour avoir plus de choses...


 

Et si nous nous trompions de sens...

 

 

Si en fait il fallait augmenter nos besoins pour faire croître nos moyens !!


 

Encore faut-il définir de quels besoins nous parlons ?

 

 

Évidemment nous ne parlons pas des envies, nous ne parlons pas non plus des besoins extérieurs à nous même -par exemple, besoin d'une piscine parce que dans un pays chaud, cela semble indispensable !!

 

 

Nous parlons de nos besoins profonds, de ceux qui vont nous révéler à nous même, bref, des besoins de notre être qui nous font trouver instantanément les moyens de nos ambitions parce qu'ils touchent à notre mission de vie.

 

 

Donc cherchons qui nous sommes, quel est notre talent particulier, quelle est notre mission de vie, puis nous découvrirons ce dont nous avons vraiment besoin, et de fait, nos moyens augmenteront comme attirés par l'évidence. 


 

Je suis sûre qu’il y en a parmi vous qui expérimente ou qui ont déjà expérimenté ce genre de chose. Si tel est le cas, partagez avec moi vos expériences.

 

Merci et à bientôt

 

Roséli

     

Voir les commentaires

Mark Twain Humour

Mark Twain, de son vrai nom Samuel Langhorne Clemens, né le 30 novembre 1835 à Florida dans le Missouri (États-Unis),décédé le 21 avril 1910 à Redding, Connecticut(États-Unis), est un écrivain, essayiste et humoriste américain. Il est notamment connu pour son roman Les Aventures de Tom Sawyer (1876) et sa suite, Les Aventures de Huckleberry Finn (1885). Source Wikipédia.


Je vous en est déjà parlé et vous connaissez sans doute cet auteur, mais je voudrai ici partager avec vous quelques unes de ces citations que je trouve humoristiques :


 

"Que seraient les êtres humains sans les femmes ? Ils seraient rares, extrêmement rares."


 

"Cesser de fumer est la chose la plus aisée qui soit. Je sais ce que c'est : je l'ai fait cinquante fois."



"Adam est le seul homme qui, quand il disait quelque chose d'épatant, était sûr que personne ne l'avait dit avant lui."



"Il y a des gens qui, à propos de certains problèmes, font preuve d'une grande tolérance. C'est souvent parce qu'ils s'en foutent."



"La familarité engendre le mépris...et les enfants."



"L'épargne est une magnifique réalité, spécialement quand nos parents l'ont pratiquée."



"On pourrait citer de nombreux exemples de dépenses inutiles. les murs des cimetières : ceux qui sont dedans ne peuvent pas en sortir, et ceux qui sont à l'extérieur ne veulent pas y entrer."



"L'art de la prophétie est extrêmement difficile, surtout en ce qui concerne l'avenir."



"Pourquoi dépenser de l'argent pour faire établir votre arbre généalogique ? Faites de la politique et vos adversaires s'en chargeront."



"Il y a deux cas dans lesquels un homme ne devrait pas spéculer en bourse : quand il n'en a pas les moyens et quand il en a."



 

 

"Octobre est un mois particulièrement dangereux pour spéculer en bourse. Mais il y en a d'autres : juillet, janvier, septembre, avril, novembre, mai, mars, juin, décembre, août et février."

 

 


"Le fait de fumer m'a sauver la vie. Chaque fois que je vais mal, le médecin me supprime le cigare. Et je guéris ! Où en serais-je si je n'avais pas fumé le cigare."



"Le meilleur moyen de rester en bonne santé, c'est de manger ce que vous ne voulez pas manger, de boire ce que vous ne voulez pas boire, et de faire des choses que vous n'aimez pas faire."



"Les vaches sacrées font les meilleurs hamburgers."



"La dernière chose au monde que je souhaite est de me mettre en avant ; mais je n'ai rien contre le fait d'être remarqué."

 


 

Je ne sais pas pour vous mais j'ai la sensation que l'âme de ce Monsieur s'est retrouvée dans le corps d'un humoriste contemporain nommé Monsieur Coluche !!

 

Je vous laisse à vos fous rires !

 

Roséli

 

Voir les commentaires

Besoin ou envie ?

Ce soir, un peu de légèreté !!

 

Examinons ce qui se passe lorsque vous êtes devant un objet que vous voulez acheter.


Vous allez faire vos courses et vous tombez par hasard sur une belle robe, de votre couleur préférée.


WAOUW !!!


Votre cœur s’emballe, vous vous y voyez dedans, vous lui trouvez des tas de qualités : esthétiquement elle est magnifique, le tissus est léger et en même temps de belle tenu, elle est coupée exactement pour mettre en valeur votre corps, bref, c’est la robe idéale !!


Vous pesez le pour et le contre, le prix vous freine un peu…mais dans le feu de l’action, vous tordez la réalité pour que cet achat vous paraisse totalement raisonnable, logique et réfléchit.


Voilà, à peu près ce qui se passe dans votre tête.


« Qu’est-ce qu’elle est belle quand même, c’est exactement ce que je veux ! Je suis sûre qu’elle me va bien en plus ! Rooo là là, c'est trop top !». L’ambiance, le magasin, les lumières, les vendeuses, les mannequins, les publicités…Tout ça tourne dans votre tête…


Vous êtes hyper motivée, le rouge vous monte aux joues… Vous brûlez du feu de l’achat…

 

Vous essayez cette robe - que dis je, ce n'est plus une robe - c'est une deuxième peau, c'est le vêtement idéal qui vous fait instantanément ressembler à la fille sur l'affiche devant vous ! A vrai dire, vous êtes encore plus sexy...

Bon, j'exagère un peu le ressentie mais enfin, c'est presque ça quand même !


Ça y est vous êtes à la caisse ! Vous sortez votre carte bancaire, vous faîtes le code – c’est facile ! – et hop, vous sortez du magasin avec votre robe !!


Ouf, c’est fait, vous allez bien !!


Vous en aviez vraiment envie mais… en aviez-vous vraiment besoin ?


C’est en arrivant chez vous que vous avez la réponse : en effet, vous vous rendez compte que vous avez déjà exactement la même ou presque, et vous vous apercevez que vous avez autant de robes que le nombre de jours d’été dans l’année (oui oui, c’est possible, j’en connais !!). Vous saviez tout ça mais vous l’aviez occulté, dans votre cerveau cette donnée était brouillée, l’information était inaccessible ou si elle l’était, elle n’avait pas d’importance !


L’envie d’avoir, de posséder cette énième robe était la plus forte !


Votre cerveau automatique mené par les émotions vous a poussé à faire ce choix. Si vous aviez été dans la réalité analytique, appelée « réelle réalité »(en décodage biologique) sans émotions inappropriées, vous auriez reposé la robe sans aucune hésitation. Il se peut même que vous ne l’auriez même pas vue !


Parce que vous n’en aviez pas besoin mais juste envie !


Dorénavant, lorsque vous êtes devant une forte envie d’achat, prenez votre temps, reposer le tout, rentrez chez vous et laissez passer quelques heures voire quelques jours. Vous verrez, lorsque la pression aura baissé que vous pouvez très bien vous passer des choses que vous avez déjà en double ou triple exemplaire !!


Par contre, nous sommes bien d’accord que si vous pensez toujours à cette robe le jour suivant, parce que vous n’en avez pas et que vous en avez besoin pour votre prochaine sortie par exemple, ce coup de cœur est le signe que vous êtes faîtes l’une pour l’autre !! Foncez : il n’y a quand même pas de mal à se faire du bien !


Messieurs ne riez pas, vous n'achetez pas des robes, on est bien d'accord (quoique...), mais pour tous le reste, vous êtes exactement pareil !! 

Et toc !!


NB : Ici n’est pas abordée la « compulsion d’achat ».

Roséli

 

 

 

 

Voir les commentaires

Qu'est ce qu'un vrai choix ?

Certains d'entre nous avons appris qu'un choix s'opérait dès lors que nous avions deux propositions.

Ceci n'est pas tout à fait exact ! 

En réalité, lorsque nous avons deux propositions pour prendre une décision, c'est une alternative. 

Bien souvent une alternative nous déchire entre "la peste ou le choléra", ou comme l’exprime une de mes amies : « Pendu si je le fais, pendu si je ne le fais pas !!».

Ce qui ne constitue pas un choix, vous en conviendrez !! 

Un vrai choix commence avec trois propositions. Vous pouvez en exiger plus mais, au-delà, certaines personnes ont du mal à se décider.

Concrètement donc, lorsque quelqu'un veut vous faire prendre une décision en ne vous proposant qu'une alternative – ce qui est rencontré très souvent dans les techniques de ventes – soyez vigilant, prenez du recul et trouvez une autre solution pour compléter les deux autres. Vous pourrez ainsi, tranquillement - sauf cas de danger imminent - prendre une décision qui sera la plus appropriée à vos besoins.

 

A bientôt !

Roséli

Voir les commentaires

Connaitre et Reconnaître

Connaitre : Naître avec...

Reconnaître : Naître avec à nouveau...


Nous ne pouvons reconnaître que les choses que nous connaissons. En effet, il est extrêmement difficile de reconnaître ce que nous n’avons jamais vu, jamais entendu, jamais ressentie.

 

Cette affirmation plus que logique a des implications importantes à tous les niveaux de notre vie.

 

http://image.m-y-d-s.com/fruits/apple/i1.gif

 

 

 

Prenons l’exemple du film «Les dieux sont tombés sur la tête ». Au début du film, nous suivons un pilote d’un petit avion de tourisme qui vole en basse altitude et ce pilote ayant fini de boire sa bouteille de coca cola en verre la jette par-dessus bord pour s’en débarrasser. Il se trouve qu’il survole un endroit où vivent des gens qui sont complètement vierges de toute civilisation. La bouteille de coca fini par tomber à proximité d’un des hommes de cette petite communauté qui y voit là un objet tombé venant des dieux. Il regarde l’objet avec défiance et en fait le tour, puis avec milles précautions, il le touche d’abord du bout des doigts puis s’enhardit et finit par le saisir. Une fois en main, il revient vers les siens et leur montre l’objet. Les plus anciens se réunissent immédiatement et discutent de l’objet. Ils se le passent et chacun commente ce que cela leur inspire. Un homme le prend, le rapproche de sa bouche, y souffle dans le goulot et est stupéfait d’entendre le bruit que cela fait. Tout le monde rit et l’objet devient vite un instrument de curiosité. Il est pris par chacun des membres du groupe qui lui donne une utilité suivant ce qu'il doit faire. Les femmes s’en servent de pilon, d’autres de rouleau, les jeunes s’en servent de jouet, les hommes pour divers travaux...etc...

Finalement, les disputes commencent à voir le jour et cela inquiète les anciens qui désignent l’homme qui a trouvé l’objet pour aller le rendre aux dieux…

 

                                               

 

Ce qui est intéressant ici c'est que les autochtones ne reconnaissent pas la bouteille de coca.

Ils ne la reconnaissent pas parce qu’ils ne la connaissent pas, ils ne l’ont jamais vu, et n’en ont même jamais entendu parler.

Ils ont pris la bouteille de coca comme un objet venant des dieux et à ce titre-là, elle devait, avoir une utilité, elle devait refléter la grandeur des dieux.


                                          

 

Il y a donc deux leçons à retenir de ce constat,

  • La première leçon est qu’il est impossible à nos yeux et à notre entendement de comprendre quelque chose que nous ne connaissons pas du tout ! 

Si une personne ne s’en sort pas c’est qu’elle ne met pas la bonne stratégie en place ; pas parce qu’elle est idiote, non ! Mais parce qu’elle ne la connaît pas, tout simplement. Et comme elle ne la connaît pas, elle ne peut pas reconnaître dans sa vie ce qui pourrait l’aider à atteindre son objectif, même si des opportunités lui tombaient du ciel.

  Elle se retrouverait à faire comme cet homme avec la bouteille de coca, elle se demanderait ce que ça fait là, en quoi cela pourrait lui être utile et finalement elle s’en servirait comme presse papier !!!

  • La seconde leçon tirée du film est que lorsque nous ne savons pas reconnaître une opportunité lorsqu’elle se présente, il se peut que nous l’utilisions tellement mal qu’elle finisse par ne nous rapporter que des ennuis !

    Tout comme dans le film, les gens pensaient que cet objet avait été fait par des dieux et pour les dieux et qu’au mieux, les dieux avaient voulus que les humains s’en servent pour leur bien, et qu'au pire, ils avaient voulus bien rire à leurs dépens. Dans tous les cas, après s'en être servit chacun pour des tâches qui ne correspondaient absolument pas à son utilité première - personne n’a même eu l’idée de la remplir d’eau ou d’un breuvage quelconque ! - ils finirent par se disputer et durent s’en séparer parce que cela n’allait plus entre eux. 

Ce n’est pas parce que c'est une mauvaise chose mais c'est parce qu'ils ne savaient pas s'en servir que le résultat fut catastrophique ! Ce sont leurs actions qui en ont fait une mauvaise chose !!


Idem pour nous !!

Seul remède à cela : la connaissance. 

 

http://image.m-y-d-s.com/fruits/apple/c.gif

NB : Ce n'est pas parceque j'ai faim que j'ai mis des pommes partout dans ce texte, mais parceque c'est le symbole de la connaissance !!!

Connaissance : Naître avec

Naissance : naît (à ton) sens...

 

Roséli

 

 



  


Voir les commentaires

Dale Carnégie

Dale Carnegie (24 novembre 1888 – 1er novembre 1955) est un écrivain et conférencier américain qui a proposé une méthode de développement personnel adaptée au monde de l'entreprise qui porte aujourd'hui son nom. (Source Wikipédia).

Ces concepts peuvent être appliqués dans la vie quotidienne avec beaucoup de résultats positifs. Il a écrit entre autre « Comment se faire des amis ? », « Triompher de nos soucis », « Comment parler en public »…

 

Dale Carnégie a dit :

 

«Sachons bien que la critique est comme le pigeon voyageur : elle revient toujours à son point de départ ».

 

Vous vous souvenez des « flèches blanches et flèches noires », vous avez déjà entendu de «l’effet boumerang » des paroles et des actions, et bien, c’est le même concept !!

 

Dale Carnégie emploi l’analogie du pigeon voyageur - c’est plus de son époque peut être - pour faire comprendre cette loi toute simple du lancer / renvoyé de l’univers. Certains comme Ekart Tollé parlent de celle-ci en ces termes : « Ce qui rentre est le pendant de ce qui sort ». C’est même écrit dans la bible ; Jésus fut clair avec ce concept avec son « Donnez et vous recevrez ».

 

Tôt ou tard donc, vous recevrez ce que vous avez envoyé.

 

C’est vrai pour le négatif, mais c’est vrai aussi pour le positif ! C’est même exponentiel !! Et c’est une excellente nouvelle pour tous ceux et celles qui veulent attirer des belles choses dans leur vie !

 

Si vous voulez des louanges sur votre travail, commencez par en faire autour de vous et ces compliments vous reviendront. C’est une loi universelle !!

Si vous voulez que l’on s’occupe de vous, occupez-vous des autres et en retour, les gens feront attention à vous et s’occuperont de vous ! C’est mathématique !!

Si vous voulez plus d’amour, donnez en, il vous reviendra avec plus de force encore ! C’est obligatoire !!

Bref, quoi que ce soit que vous croyez qu’il vous manque donnez le, il vous sera rendu au centuple !!

 

Cependant certaines pensées pourront vous empêcher de bénéficier de cette loi :

-          Vous ne savez pas recevoir, même si cela vous tombe dessus vous ne voyez pas que c’est le retour de ce que vous avez envoyé,

-          Vous aimez vous sentir victime et donc vous allez pouvoir vous plaindre que vous donnez et vous ne recevez jamais, au moins les gens vous écoutent…

-          Vous donnez avec l’intention de recevoir exactement la même chose : deux erreurs en une.

  • donner avec l’intention de recevoir n’est pas un vrai don,

  • attendre de recevoir exactement la même chose est la meilleure façon d’être déçu et de passer à côté du don qui vous est fait. Le don arrive lorsque vous êtes prêt à le recevoir et si ce n’est pas exactement ce que vous espériez, dites-vous que c’est exactement ce dont vous avez besoin.

 

Dans tous les cas lorsque vous aurez reçu, pensez à remercier. Le fait de remercier est un puissant facteur de reconnaissance et donc de bien-être.

 

Roséli

Voir les commentaires

Changer nos croyances 2

Hier, l'article traitant des croyances les comparait à des tableaux que le clan familial nous a légué, que nous avons acquis dans nos diverses expériences, et que nous avons réalisé grâce à notre créativité.

 

Nous allons nous servir à nouveau de l'analogie des tableaux qui sont les représentés de nos croyances et je vais vous présenter un exercice de PNL (Programmation Neuro Linguistique) qui sert à changer une vieille croyance en une nouvelle.

 

Si vous vous décidez à changer un vieux tableau que vous n'aimez plus, c'est que vous en avez assez de le voir. A bien y penser, vous vous demandez comment vous avez pu le supporter si longtemps !! Vous êtes maintenant convaincu que celui ci n'est vraiment pas beau et qu'il est mal placé. Bref, il n'a plus sa place chez vous, il est inadéquat par rapport à vos nouvelles envies. 


Vous pouvez avoir sensiblement les mêmes réflexions concernant le changement de vos "vieilles croyances" qui sont appelées "croyances courantes" 


- d'abord définir quelle est la "croyance courante" actuelle qui vous paraît limitante et que vous voudriez changer, puis vous questionner à son sujet jusqu'à ce que vous preniez conscience, comme une évidence que vous devez la changer. Quel bénéfice retirez vous à la garder ?


 - puis, fort de la certitude que cette croyance vous gâche la vie, vous allez la déposer au "musée des vieilles croyances".  


Vous imaginez entreposer votre vieille croyance dans un coin de votre cerveau qui représente un endroit de dépôt, un musée. 

 

 

- sans attendre, construisez une croyance remplaçante, une croyance qui va être aidante appelée "croyance préférée"Elle doit être "hyper motivante". Vous allez faire quelque chose de nouveau et en cela cette nouvelle croyance sera comme votre nouveau tableau. Vous allez choisir les couleurs, la forme, la composition de celui ci pour aboutir à ce que vous voulez voir à la place de l'ancien. C'est pareil pour votre nouvelle croyance ! Soyez créatif et composez l'oeuvre d'art que vous voulez dans votre vie. Vous la regardez, vous y faites des retouches jusqu'à ce que vous soyez satisfait du résultat. Vous êtes dans la phase "ouvert à croire"


-  Cette création est tellement belle et tellement aidante pour vous que vous la mettez dans un endroit que vous imaginez magnifique, nommé "l'espace sacré"


 

Vous devenez ainsi, petit à petit, l'unique artiste de votre vie ! 


A bientôt

Roséli

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>