Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

bien-etre

Comme on se couche...

«Comme on fait son lit on se couche». Dans sa forme ancienne cette expression nous parle de santé. Il faut la comprendre, en gros : qui fait bien son lit, dort bien et donc vit bien et vice-versa bien sûr. C'était la première explication.

 

Un deuxième sens semble en faire une analogie. C'est ainsi que cette phrase anodine, deviens une prédiction du genre : quand on fait son lit, si on le fait bien, alors la vie sera facile et se passera bien. Si l'on fait mal son lit, alors rien ne sera aisé dans la vie ! Comprenez que si l'on vit honnêtement, alors les choses se feront facilement. Par contre, si l'on vit malhonnêtement, alors on s'expose à des ennuis ! Bien sûr c'est une croyance aidante et la morale ne peut venir la contredire.

 

Mais où est-ce que je veux en venir à la fin avec ces histoires de lits bien ou mal bordés, vous demandez vous ?

 

A la suite logique de cette phrase, toute aussi logique et vérifiable : «Comme on se couche, on se lève». Je croyais que le bon sens serait venu à ma rescousse pour confirmer cela ! J'ai cherché et il semblerait que non. Pourtant je sais que cette phrase touche beaucoup plus de monde que la première ! On peut, en effet, y voir là aussi des problèmes de literie et de sommeil mais on peut y voir aussi une évidence que vous avez dû remarquer déjà : lorsque l'on se couche joyeux, on se lève heureux! Lorsque l'on se couche bougon, on se lève grognon !

 

Si, si, vous avez déjà fait cette expérience, j'en suis sûre.

 

Lorsque les soirs par exemple, pendant la semaine, vous vous couchez la tête remplie de pensées négatives venues par exemple de votre travail, vous vous levez le matin, morose, le moral dans les chaussettes. Vous vous réveillez avec les mêmes pensées qui repassent en bouclent, comme si vous n'aviez pas dormi du tout ! Même si vous avez passé une bonne nuit réparatrice, celle-ci ne suffit pas pour maintenir un état de bien-être qui dure au-delà de la douche ! Vous rebranchez très vite les pensées de la veille au soir et c'est repartie ! Entre le café brûlant, les toasts trop grillés, les enfants qui sont en retard, les embouteillages, le petit malin qui s'amuse à vous prendre votre place de parking, juste à côté de l'entrée, l'averse qui vous trempe juste quand vous sortez de la voiture, vous qui avez mis un temps fou à vous faire le brushing pour être présentable pour votre rendez-vous matinal avec un gros client pas commode...etc..., et puis, de toute façon, vous avez horreur des bouclettes !

 

Bref, je peux continuer comme ça longtemps et décrire toute la journée ! C'est votre quotidien, vous pensez que c'est normal d'aller de contrariétés en contrariétés, c'est la vie, quand on travaille, quand on habite une région pluvieuse, quand on a des enfants, quand on a des clients...etc...etc...là encore.

 

Et tout ça juste parce que l'on s'est couché me direz-vous à nouveau !

 

Oui, en partie. Vous répondrai-je !


Car avez-vous remarqué une autre vérité, toute aussi logique : lorsque vous vous couchez après une bonne soirée passée avec vos amis, à rire de bon cœur, lorsque vous regardez un film qui vous fait rêver, qui vous transporte, une émission qui vous fait du bien, qui vous fait rire, lorsque vous vous roulez sous la couette pour vivre un bon et long moment de tendresse avec votre amoureux ou amoureuse, lorsque vous êtes en vacances dans un pays ou un coin de rêve où vous ne faites que ce que vous voulez faire, bref, lorsque vous passez des superbons moments, comment vous couchez vous ? Quelles sont les pensées qui sont vôtres dans ces moments ? Pensez-vous à vos ennuis ou bien, pensez-vous au bien-être que vous ressentez et que vous vivez ? Lorsque vous vous couchez un large sourire aux lèvres, comment vous sentez vous le lendemain matin ? Comme vous vous êtes couché, dans la bonne humeur au minimum. Parfois cela peut être plus, de la félicité ou du bonheur pur !

 

 

Je voudrais juste souligner par ces exemples que chacun a pu vivre, à un moment donné de sa vie, que les pensées et sensations présentent lorsque nous tombons dans les bras de Morphée, nous les retrouvons telles quelles lorsque Héméra, déesse du jour, lève le voile de la nuit ! (Attention, je sors ma science, mais c'est uniquement pour faire joli et poétique !)

 

Bref, en clair et de façon pratique, surveillez vos pensées, particulièrement celles du soir.

 

Faîtes une activité (pas forcément physique, plutôt déconseillée pour certains d'entre nous) qui vous permet de décharger le stress et de vous «vider» en quelque sorte la tête des pensées négatives qui vont conditionner votre journée du lendemain. Faîtes en sorte que les activités que vous allez choisir soient dignes d'intérêts, vous apportent un réel réconfort et un bien-être bien mérité !

 

Parce que vous le valez bien, comme le dit la célèbre marque de cosmétiques ! Si vos cheveux, votre peau, vos ongles et le reste sont apprêtés avec goût, mais si votre intérieur est maltraité, ne soyez pas étonné de ne pas avoir les résultats escomptés. C'est assez normal. La beauté vient de l'intérieur et est un état de bien-être avant tout. Si vous valez bien des crèmes à l'extérieur, vous valez bien des fous rires, de la tendresse et de la détente pour entretenir votre intérieur.

 

C'est très important et c'est marrant...

 

A vous de jouer maintenant !

 

A bientôt

 

Roséli

 

Voir les commentaires

L’Élève et le Maître

Il y a une phrase qui dit que « Le Maître ne se présente que lorsque l'élève est prêt ».


C'est tout à fait exact.


Il vous est sans doute arrivé que des personnes de votre entourage, votre conjoint, un de vos amis, un membre de votre famille, vous fasse des recommandations sur une partie de votre vie dont vous vous plaignez. Vous avez pris ces recommandations pour des remarques et vous n'avez rien fait dans le sens de la réalisation de celles-ci. Vous n'en éprouviez pas le besoin, ou bien vous n'aviez tout simplement pas envie de le faire, ou bien encore vous doutiez de la validité du conseil.

Puis, un jour, alors que vous êtes particulièrement sensibilisé aux résultats que vous jugez négatifs concernant cet aspect de votre vie, vous commencez à chercher des solutions.

 

Bien sûr, entre-temps, vous ne vous souvenez plus des recommandations que l'on vous avaient déjà faites. Mais parce que vous sentez qu'il vous faut agir autrement, vous commencez à vous ouvrir à de nouvelles perspectives. Et parce que vous cherchez, vous allez tomber sur un livre, provoquer une discussion, assister à un séminaire, une conférence ou une formation, voir un film, un documentaire, une émission, qui comme par magie vous donnera la solution.

 

Or il se trouve que la solution que vous attendiez, le conseil si précieux, le coup de pouce qu'il vous fallait, est la même solution que votre conjoint, ou ami, ou membre de votre famille vous avez donné il y a bien longtemps ! Vous ne vous en êtes même pas rendu compte ! Parfois même vous aviez carrément oublié !

 

Vous n'étiez tout simplement pas prêt à l'entendre !! Ce n'était pas le moment, c'était trop tôt. Il a fallu que vous cheminiez avant d'arriver dans un endroit, une impasse qui vous a fait réfléchir à d'autres solutions. Quelque chose en vous s'est ouvert à cet instant et vous avez pu, voir entendre, ressentir, ce qui va devenir votre solution. Vous avez eu besoin d'un temps pour pouvoir, en quelque sorte, trouver, entendre et comprendre ce que votre Maître avait à vous dire. Et les mêmes phrases dites quelque temps plus tôt qui n'avaient aucun sens pour vous, deviennent tout à coup limpides !

 

 

Vous avez trouvé votre maître (même si c'est un article ou une émission de télévision), car vous êtes devenu un élève désirant apprendre.

 

 

Permettez-moi une utopie :

 

Dans un monde idéal, c'est ainsi que nous devrions agir avec nos enfants. Dans un premier temps, ce serait l'affaire des parents et de quelques lieux spécialisés dans la révélation de talent. Ceux-ci seraient en charge de trouver la mission de vie de chaque enfant, le but de leur venue sur terre, ce qu'ils peuvent apporter comme plus à l'humanité. 

 

Une fois ceci trouvé, les enfants seraient alors tous, sans exception désireux d'apprendre afin de réaliser leur vie idéale.

 

Donc, dans un deuxième temps et afin de leur apprendre tout ce qu'ils doivent savoir pour atteindre cet idéal, il existerait de nombreux endroits spécifiques : un pour chaque métier par exemple. Les enfants y seraient accueilli quels que soient leurs âges afin de développer leur talent particulier.


Je suis sûre que plus aucun enfant ne serait en difficulté ni en français, ni en mathématiques, ni en langue, ni en aucune autre matière ! La motivation et l'envie seraient telles que chacun apprendrait avec joie, sans contrainte. Fini les jugements, finie la compétition. Celle-ci ne s'exercerait que dans l'excellence, pour faire encore mieux afin de faire briller sa raison de vivre jusqu'au firmament !

 

C'est beau non !!!!!!!! 

 

Bon, c'est vrai, on n'y est pas tout à fait encore !! D'autant plus que ceci ne vaut que si c'est universel... 

 

Maiiiiiiiiiiiiis, on sait jamais ! 

 

En attendant, je vous dis à bientôt.

 

Roséli

 

 

Voir les commentaires

Soleil

L’autre jour une amie me demandait pourquoi, lorsqu’il y a le soleil, les gens en règle générale se sentent bien et pourquoi, lorsqu’il pleut et qu’il fait froid, ils se sentent mal.

 

Pour moi, il y a un niveau d'explication : notre ressentie.

 

En règle générale, dans nos lattitudes, la pluie et le froid en hiver sont moins mal perçus qu'au printemps ou en été. Il nous est normal d'avoir froid pendant la période hivernale. En revanche, en été nous voulons avoir chaud ! Nous avons des croyances issues d’expériences de références plutôt heureuses et positives concernant le soleil et la chaleur pendant la période estivale. Si nous n’avons pas notre « quota » de chaleur et de soleil, nous  avons l’impression qu’il nous manque quelque chose. Nous voulons du soleil, si nous ne l'avons pas, nous en sommes déçus, voire malheureux. Dès que nous entamons la conversation avec nous-mêmes ou les autres en des termes de manque et d’insatisfactions, nous vivons parallèlement et presque instantanément ces notions là dans notre réalité. Or ce n’est pas la réalité mais la façon dont nous la vivons ! 


« C’est parce qu’il n’y a pas assez de soleil que je suis mal ». Nous nous positionnons en victime du manque de soleil, nous sommes persuadés que c’est la cause profonde de notre mal-être et nous faisons donc exister cet état qui n’est en fait et heureusement que très subjectif ! Certaines personnes aiment la rigueur du froid, même si elles ne sont pas majoritaires, elles existent. Le soleil et la chaleur les incommodes fortement. Elles ne sont « heureuses » que lorsqu’il fait ciel gris voire pluie et froid !


Tout cela pour dire que les adeptes du soleil et ceux qui ne le sont pas, ont tous des bonnes raisons de préférer l’un ou l’autre. Et ces raisons leur sont toutes personnelles : issues de croyances qui leur sont propres, qui viennent aussi de leurs familles, de leur clan, de leur pays…etc.


Nos croyances font notre monde intérieur et extérieur. Nous voyons les choses qui nous entourent au travers de ces puissants filtres qui occultent tout le reste. Si nous avons décidé et que nous croyons « dur comme fer » que le soleil est indispensable à notre bien-être et à notre équilibre, il en sera ainsi. Si nous pensons cela, il y a de fortes chances pour que nous tombions sur des articles des scientifiques qui nous affirment qu’après de nombreuses expériences faites sur un nombre X d’individus, pendant X années, il est sûr et certains, preuves à l’appui, que le soleil exerce un effet bénéfique et indispensable sur le bien-être et le niveau de bonheur des gens.

 

Nous verrons dans leurs expériences que le soleil :

  • rythme nos cycles biologiques ("Oui mais ça c’est vrai !" nous disons nous), 
  • qu’il renforce notre système immunitaire ("tiens, ça alors, au fond ça ne m’étonne pas !"), 
  • que les rayons de soleil sur notre peau permettent de fabriquer de la vitamine D qui permet au calcium de se fixer sur nos os ("ça, c’est sûr et certain !"), 
  • que de voir le soleil serait bénéfique pour l’équilibre de notre chronobiologie (temps biologique) via la sécrétion de mélatonine... Attention, explication :

La mélatonine est l'hormone du sommeil qui ne devrait pas être sécrété le jour, pour pouvoir être présente la nuit de manière à favoriser le sommeil. Or si nous n’avons pas assez de lumière le jour, la mélatonine serait sécrétée le jour alors qu’elle devrait l’être la nuit ! Ceci ne favorisant pas un sommeil nocturne réparateur, et donc, par ricochets, agirait sur notre humeur puisque nous sommes fatigués le jour de ne pas avoir bien dormi la nuit ! D’où irritabilité, nervosité et somnolence diurne ! dixit certains chercheurs. Vous m'avez suivi ? Et dire que certains me disent que j’ai un point de vue alambiqué et biscornu !! 

  • et que l’exposition aux UV du soleil demande à notre peau pour se protéger de ces rayonnements de fabriquer de la mélanine (tiens un paradoxe, car si nous étions tous si adapté au soleil, alors nous n’aurions pas besoin de nous en protéger ? Non ?). Bon, bref ! Heureusement que parallèlement les études ont montré aussi que le bronzage fait du bien au moral ! Oui, mais pas trop quand même puisque d'un autre côté, des études ont prouvé que celui-ci provoque aussi des cancers !! Alors est-ce que serait juste un question de point de vue ?


En plus, tout ça est éminemment culturel puisque vous savez tous qu'à une certaine époque en France c’était la peau blanche laiteuse des femmes qui rendait les hommes fous, qu’actuellement dans certains pays où la couleur de peau est hâlée voire noire, les gens font tout pour avoir la peau la plus blanche possible !

 

Donc pour toutes ces théories à propos du soleil et de ces bienfaits et méfaits, si vous demandez des preuves vous pourrez trouver ce que vous cherchez, en pour et contre tout aussi scientifiquement prouvé !!

 

Pourquoi est-ce que je vous dis ça ?

 

Mais parceque vous pouvez très bien croire en ce que vous voulez comme théorie sur l'influence du soleil !


C'est à vous de trouver la croyance positive qui va vous aider, une croyance aidante.

 

Le soleil n'est donc pas responsable de notre mauvaise humeur. C'est votre attente déçue qui l'est.

 

 

Cependant, le soleil est tout de même un facteur de bien-être indéniable pour les frileux, les gens qui n’aiment pas l’hiver et la rigueur, les gens qui vivent grâce à lui et au beau temps, les plantes et les animaux aussi. Beaucoup d'êtres sortent de la parenthèse hivernale pour enfin vivre en pleine lumière et c’est grâce au soleil !! Il est tout aussi évident que nous humains, sommes plus à notre aise lorsque nous sortons de nos habitations en chemisette qu’emmitoufler avec deux pulls et une grosse doudoune ! Cela semble plus approprié à nos corps, à notre façon de vivre ! C’est aussi un facteur certain de bonheur.

 

A bientôt

Roséli

 


 

Voir les commentaires

Les flèches

 

Les flèches noires et les flèches blanches

 

Considérez vous comme un damier constitué de cases blanches et de cases noires.

Lorsque vous critiquez quelqu’un, sachez que vous envoyez une flèche noire à son encontre. Elle sort en quelque sorte de vous et est envoyée à l’univers. Lorsque vous videz ainsi une case, et comme l’univers à horreur du vide, vous devez vous attendre à ce que quelqu’un vous renvoie une flèche noire, sous forme de reproche ou de critique, qui remplira la case noire vide. Et ainsi de suite.


                                                     


Vous recevrez ce que vous avez envoyé : c’est une loi universelle.


                                                    


Imaginez maintenant que vous envoyez une flèche blanche c’est à dire un compliment à quelqu’un. Vous videz donc une case blanche. Et de la même façon qu’avant, attendez vous à recevoir à votre tour un compliment. C’est pas merveilleux de savoir cela ! C’est pas extraordinaire de pouvoir ainsi envoyer du bonheur et d'être sûr d'en recevoir !!

Parce que le bonheur, les compliments, les bons moments, les belles rencontres ne sont pas dues au hasard.

Elles sont dues à ce que vous avez envoyé et aussi à ce que vous savez recevoir.

Car ceci marche à cent pour cent. Or certaines personnes ne savent pas reconnaître les retours de telles choses dans leur vie. Il leur semble qu’elles font des tas de choses positives pour les autres, et pourtant elles ne voient que des inconvénients dans leur vie.

Voici quelques explications à cela :

  • elles ne savent pas recevoir,

  • ou bien elles ne sont pas totalement honnêtes et elles n’envoient pas que du bien aux autres,

  • il se peut même qu’elles ne sachent pas que ce qu’elles disent ou font, peut avoir des conséquences négatives. Elles pensent être des victimes malmenées par les événements. Elles croient donc sincèrement qu’elles sont des gentilles personnes – ce qu’elles sontmais elles ne se rendent pas compte que d’entretenir des mauvaises pensées envers les autres les pénalisent et leur fait vivre des situations désagréables qui ne font que renforcer leurs croyances sur la dureté de la vie et sur le fait que décidément, elles « n’ont vraiment pas de chance » et qu’elles sont « de pauvres petites choses face à cette vie si rude ».

Et la boucle est bouclée


Alors, pensez à ce que vous voulez voir arriver dans votre vie, pensez que vous êtes les seuls responsables de cela, pensez à donner ce que vous voulez avoir dans la vie parce que cela vous sera rendu, pensez qu'il est plus agréable de recevoir des compliments que des reproches, pensez pour cela à surveiller votre bavardage mental et vos paroles ; elles sont créatrices de votre vie.

A bientôt

Roséli

Voir les commentaires