Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le temps

 

Vous savez que le temps est le bien le plus précieux que nous possédons. Mal l'utiliser ne reflète qu'une façon de fuir ce qu'il y a d'essentiel en nous, c'est se fuir soi même. 

Bien au delà de ce que nous croyons sur l'utilité sociale d'une journée bien remplie, celle ci n'a de sens que si l'on sait qui l'on est. Nous ne pouvons pas être entièrement dévoué aux autres si nous ne savons pas qui nous sommes avant d'offrir nos talents et nos possibilités.

Lorsque nous nous posons la question sur ce que nous ferions si nous avions des ressources financières illimités, beaucoup d'entre nous disent qu'ils feraient un voyage autour du monde, des vacances... Mais ce qui est important c'est ce qui se passe après. Une fois rentré chez soi, que ferions nous alors ? Combien de temps tiendrions nous sans actions, sans avoir quelque chose pour nous distraire ?

Repartir, refaire des choses...et ainsi se fuir. Faire et avoir pour être.

La seule quête, chercher qui nous sommes au fond...et nous arrêterons de fuir. Le temps est alors ce qui reste et c'est précisémment ce qu'il faut.

La vieillesse a ceci de merveilleux ; c'est le temps idéal pour se poser ces questions existentielles.

Roséli



 


     

 


Voir les commentaires

Nos pensées sont créatrices

La réussite, mais aussi le bonheur, le bien être, la richesse même... et toutes les autres notions qui nous tiennent à coeur, sont justes et uniquement des histoires que nous nous racontons.

Nos pensées qui forment notre dialogue intérieur, transparaissent dans ce que l'on dit.

Ce que nous avons dans la vie est exactement ce que nous pensons. Tout le reste ne sont que des histoires que nous nous racontons. 

                                                        

Ce que nous voulons n'a pas grande importance tant que nous ne changeons pas nos pensées et que nous ne passons pas à l'action.

Nos pensées sont créatrices

Penser "je n'aime pas les autres" et vouloir être entouré n'est pas compatible.

Penser "je n'aime pas l'argent" et vouloir être riche n'est pas compatible.

Penser "je n'aime pas travailler" et vouloir être bien dans son travail n'est pas compatible.

...etc...

Soyez honnêtes, regardez votre réalité et vous pourrez en déduire vos pensées profondes.

Bonne nouvelles !!

Changez vos pensées profondes puis passez à l'action et vous aurez des résultats différents.

                                                   

Vous ne savez pas comment ? Renseignez vous sur ce que les gens qui réussissent dans le domaine qui vous intéresse pensent et font pour atteindre leur objectif. Faîtes comme eux et vous aurez des résultats similaires.

Continuez à venir de temps en temps lire ce blog . Y sont décrites plusieurs façons concrètes pour vous aider à savoir ce que vous voulez vraiment, à chercher les informations adéquates et à passer à l'action.

 

  Roséli

Voir les commentaires

Les compliments

Si vous souhaitez maximiser la communication avec autrui, il vous suffit de respecter quelques uns des conseils ci après :

   

1 – Lorsque vous rencontrez quelqu’un, écoutez le vraiment et cherchez à lui faire des compliments sincères. C’est comme si vous lui signifiez que vous entrer dans sa bulle, comme si vous lui disiez que vous avez les mêmes goûts que lui et donc que vous appartenez au même monde.

Par contre, si vous ne trouvez rien à dire sur sa façon de se vêtir ou sur sa coupe de cheveux, il vaut mieux vous abstenir de toutes réflexions. Si elles ne sont pas sincères, cela se ressentira et l’autre aura l’impression que vous essayez de le manipuler ou que vous attendez quelque chose de lui.

Si vous n’êtes pas inspiré sur son aspect, vous pourrez, plus tard dans la conversation, trouver des compliments sur une idée, sur une action, sur son travail…qui pourront être source de compliments que vous aurez à coeur de diffuser discrêtement et sincèrement.

 

Cet exercice a ceci de positif qu’il vous oblige à bien écouter votre interlocuteur. Il vous en sera reconnaissant car la plupart du temps, les gens ne s’écoutent pas vraiment. Cela vous oblige aussi à trouver quelque chose de positif à faire ressortir de l’entretien. Soit, c’est évident la personne est déjà très positive et c’est donc facile de la féliciter pour ce qu’elle a fait ou dit. Soit la personne est négative et alors cela vous demande de poser des questions qui la feront rebrancher sur des choses positives. 

 

2 – Mettez vous à la place de la personne en face de vous, faites comme si c’était vous. Ici nous pouvons nous dire que le principe : « faîtes aux autres ce que vous voulez que l’on vous fasse » doit être mis en action. D’autant plus si vous attendez une réponse de votre interlocuteur. Demandez vous comment faire pour qu’il soit gagnant tout comme vous et que cela soit en accord avec ces désirs. Ici, en PNL (Programmation Neuro Linguistique), le principe est OK plus pour vous et OK plus pour l’autre : faire cela permet d’être sûr de réussir sa transaction. Faîtes en sorte qu’il comprenne qu’il va retirer des avantages à vous aider, seulement si c'est vrai bien sûr...

 

3 – Dernier point très important, surveillez la forme de votre conversation. La façon dont vous allez parler à votre interlocuteur est primordiale. Chaque milieu, chaque profession à son propre langage. Si vous voulez obtenir quelque chose de quelqu’un, à part jouer les parfaites ingénues, c’est mieux de parler le même langage professionnel. Ce serait dommage de mal vous exprimer car votre intention, si vous respectez ces quelques conseils de base, est excellente.

En bref, aimez les autres, soyez attentif à eux, à ce qu'ils veulent, à leurs désirs et vous obtiendrez les meilleures conditions pour avoir une conversation agréable et réussit.

A bientôt

Roséli

Voir les commentaires

T. Harv Eker

Qui est Harv Eker?


T. Harv Eker est multimillionaire et enseigne comment le devenir. C'est aussi un auteur et un conférencier connu dans le monde entier. Il est l’un des enseignants du Secret et de la Loi de l’Attraction. Il a dit dans son livre "Les secrets d'un esprit millionnaire" :

"Si vous souhaitez changer les fruits, vous devrez d'abord changer les racines. Si vous devez changer le visible, il vous faudra d'abord changer l'invisible".


                                                         


Si vous voulez changer ce que vous êtes, ce que vous faîtes et/ou ce que vous avez, vous devez d'abord changer l'état d'esprit, les croyances qui sous tendent ces résultats.

L'état d'esprit tout comme les croyances sont des histoires que nous nous racontons et que nous pensons sur la vie et qui font notre réalité.

Si nous voulons changer, et que nous pensons toujours les mêmes choses, ou que nous croyons que c'est aux autres de changer alors, rien ne bouge. Nous faisons toujours plus de la même chose. Les mêmes pensées entraînent toujours les mêmes résultats...

Si nous voulons changer vraiment, et que nous avons toujours les mêmes résultats insatisfaisants, c'est que nous nous racontons des histoires et que nous avons gardé les mêmes anciennes façons de penser...

Si nous voulons changer, prenons la décision de penser la vie autrement, d'essayer au moins quelque temps, juste pour voir... Mais si nous le faisons, faisons le vraiment, il faut y croire !! Et attendons... Les résultats différents, si nous savons les reconnaître, seront aux rendez vous. Acceptons les, tels qu'ils viennent, réjouissons nous de ce qu'ils apportent à notre vie, même si au début ils nous paraissent infimes.

Le danger est de ne pas persévérer. Changer vraiment nécessite un peu de temps, c'est comme de demander à un paquebot de changer de cap. Au début, il dévira un tout petit peu de sa trajectoire - la décision de changer de cap est totale mais les résultats au début sont imperceptibles - puis à force de maintenir la barre - détermination - il finira par aller vers la nouvelle direction.

Considérez vous comme un paquebot, soyez patient et déterminé à changer de cap.


Essayez, et vous serez agréablement surpris...

Roséli

Voir les commentaires

Confucius

Les idées de Confucius - nom latinisé de Kong Fuzi - ont influencé toutes les civilisations d'Asie de l'Est. La croyance en la capacité de l'homme ordinaire à modifier son propre destin caractérise cet héritage. En contraste avec son incroyable influence, la vie de Confucius est d'une simplicité exemplaire. Instruit par sa mère, il se distingue par une infatigable envie d'apprendre. Sa maîtrise des arts lui permet d'ailleurs de débuter une brillante carrière d'enseignant. Il s'implique en politique, souhaitant mettre ses idées humanistes en pratique auprès des gouvernements. Il devient magistrat puis ministre de la Justice dans l'Etat de Lu. A 56 ans, il réalise finalement que ses supérieurs ne sont pas intéressés par ses idées et quitte le pays pour un exil de douze ans. Pendant ce temps sa réputation d'homme de vision se répand. A 67 ans, il retourne chez lui pour enseigner et écrire. Ses "Entretiens" et ses théories, largement popularisés par ses disciples, constituent une doctrine de perfectionnement moral. 

Confucius a dit :


« Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.  »


                                                     


Effectivement le travail que l’on aime n’est pas considéré comme un travail mais comme une activité, un hobby, une passion…

Tous le monde a entendu cela, et cela se prépare et se planifie.

Ce fait est connu de tout le monde et pourtant, nombre d’entre nous sommes obligés de prendre le premier travail venu. Si vous pensez que c’est trop tard pour vous, vous avez tord mais bon…rien n’est trop tard pour vos enfants…

Observez les, regardez en quoi ils excellents, trouvez ce qui les motivent le plus dans la vie, vous verrez ainsi comment les orienter au plus juste. Ainsi vous leur permettrez de vivre une vie de rêve, une vie pour laquelle ils sont faits. Ils s’amuseront, et en plus, ils seront les meilleurs dans leur domaine puisqu’ils vivront de leur passion. Cela semble évident.

Alors choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie !!

Bonne réflexion,

Roséli 

 

Voir les commentaires

Les reproches

Nous voyons chez les autres que ce que nous avons à l’intérieur de nous. Et parfois même, ce que nous voyons à l’extérieur de nous, ne se trouve qu’en nous.

 

Ceci est vrai aussi pour les reproches

 

Nous sommes sensible à ceux ci uniquement si nous nous les faisons aussi, dans notre fort intérieur, si nous croyons que nous sommes comme la personne nous décris.

 

Nous touchons ici à la notion d’impeccabilité

 

Si nous culpabilisons sur un sujet et que justement, d’autres personnes nous font des reproches à ce sujet, alors nous le prenons mal.

 

La vérité blesse, il n’y a rien de plus vrai ! Seulement c'est nous qui définissons la vérité qui est la notre et non les autres

 

Essayez de faire des reproches à quelqu’un qui sait profondément qu’il a fait tout ce qu’il fallait et qui est sûr à cent pour cent de lui ; vous n’arriverez à rien d’autre qu’à vous faire passer pour un «enquiquineur »!

Il ne se sentira en aucun cas touché par ce que vous lui direz. C’est d’ailleurs le meilleur moyen pour qu’il ne fasse rien de plus pour vous. Il vous considèrera comme une personne jamais contente !!

 

Par contre, si vous faîtes un reproche à quelqu’un qui sait ou qui pense qu’il est fautif et qui ne veut pas le reconnaître, alors vous l’offenserez. Vous allez déclencher en lui une violente réaction de justifications. Il se sentira découvert dans ce qu’il estime lui même être une faute or personne n'aime se sentir responsable d'une faute. Le meilleur moyen de se disputer avec quelqu’un qui a tord à vos yeux, c’est de lui dire frontalement qu’il a tord...

 

Une règle de bien vivre en société c'est d'apprendre à rectifier les actes des gens pour que ceux ci correspondent à ce que nous voulons avoir, sans les froisser

 

Roséli.

 

Voir les commentaires

Lao Tseu

Lao-Tseu est considéré comme le fondateur du taoïsme, et l'un des personnages mythiques de la Chine ancienne, tout comme Confucius. Le tao vise à épurer l'homme et à le conduire vers la juste voie et la vertu. L'une de ses doctrines principales incite l'humain à ne pas dépenser d'énergie inutilement, et à se détacher des désirs encombrants. La pensée taoïste est plus intuitive que réflexive, à l'inverse de la philosophie occidentale. Elle propose la méditation comme condition de l'ouverture au monde, a dit :


« Savoir se contenter de ce que l'on a : c'est être riche.  »


                                                 


Pour savoir se contenter de ce que l’on a, c’est aussi et avant tout savoir reconnaître ce que l'on a. Faire de temps en temps un inventaire de notre vie permet de se valoriser et de se rendre compte que nous avons : des objets, des relations, des diplômes, des beaux cheveux…etc… , et que tout cela est soit le résultat de ce que nous avons planifié (nous avons alors vécu la vie que nous avons choisi), ou bien le résultat de ce que les évènements ont voulus pour nous (parce que, sans stratégie, nous nous sommes laissé guider par eux ou par les personnes de notre entourage, ou par la raison, ou par ce que nous considérions comme normal de faire...)

 

D’autre part, Lao Tseu nous pose la question de la définition de « être riche ».

 

Qu’est ce que être riche pour vous ?

 

C’est une notion tout à fait subjective et Lao Tseu ne semblait pas parler que d’argent…   

 

Qu’en pensez vous ? 

 

Roséli

Voir les commentaires

"Les rabats joie"

"Les rabats joie" représentent les personnes qui vous entourent et qui vous font douter de vous et/ou de votre objectif. Certains les nomment "les voleurs de rêves"...

S’il est vrai qu’ils existent, ils ne se manifestent que lorsque vous leur donnez la possibilité de le faire. Si votre objectif est bien ficelé, s’il ne dépend que de vous, s’il est dans la continuité de votre mission de vie, alors personne ne pourra vous faire douter. Il émanera de vous une présence solide et une parfaite détermination.

 

Si vous doutez, c’est comme si vous laissiez une porte grande ouverte et donc n’importe qui peut s’y engouffrer. Cela dénote aussi que votre motivation n’est pas tout à fait solide. Les gens qui vous font douter sont alors les biens venus puisqu’ils vous indiquent que vous n’êtes pas tout à fait prêt.

 

Cependant, et pour quelque temps, faîtes vous le cadeau d’éviter au maximum les gens qui ne peuvent ou ne veulent pas vous soutenir parce qu’ils ne vont pas bien, parce qu’ils ne comprennent pas votre démarche, parce qu’ils ne veulent pas que vous partiez ou que vous changiez… Chacun a ses raisons, mais le temps de votre construction, éviter les destructeurs.

C’est momentané, bien sûr. Lorsque vous serez assez solide, assez avancé dans votre projet ou assez confiant en vous quant à votre réussite, s’ils sont toujours autour de vous, vous pouvez les re contacter et ce que vous êtes devenus, les aidera sur leur chemin.

 

Vous ne pourrez pas les changer, mais par contre, vous dégagerez une telle force, une telle énergie qu'ils ne pourront pas s’empêcher de vous demander ce que vous avez fait et comment vous y êtes arrivé.

 

Pour les faire bouger, rien n’est plus efficace que l’exemple. Vouloir à tout prix leur faire comprendre qu’ils devraient faire ceci ou cela ne marche pas.

Par contre l’information est une force. Donner l’information est la plus petite chose que l’on puisse faire pour accompagner celui qui le veut.

Après cela ne nous appartiens plus. 

L’information est comme une fleur qui germe lorsque l'esprit est prêt à l’accueillir.

Roséli

Voir les commentaires

Saint Mathieu

Mathieu 7 : 7

«Demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira. Car celui qui demandera, recevra ; celui qui cherchera, trouvera et à celui qui frappera, on ouvrira ».

 

Cela fait quand même sacrément longtemps qu’on nous le dit !!!

 

Il suffit d’oser et d’arrêter de penser que l’on n’est pas à la hauteur, que l’on n’en vaut pas la peine. En définitive, c’est nous même qui nous croyons petit, qui nous ne pensons pas adéquat, qui nous empêchons de réussir.

Demander, chercher, frapper à la porte, cela n’a rien de bien compliquer mais ce sont les conséquences de ces gestes qui nous effraient.

Certains ont peurs de réussir car alors ils seront responsables de leur réussite et de leur vie !!

Certains ont peurs de se faire rejeter s’ils demandent quelque chose, alors dans le doute, ils ne demandent rien !!

Certains pensent qu’ils ont droit à tout et donc ne doivent rien demander parce que tout leur est du !!

 

Si vous demandez et que vous ne recevez pas, poser vous la question sur la façon dont vous avez effectué votre demande et quelle est votre véritable intention. Car si vous obtenez un refus, c’est que vous avez tout fait pour l’avoir !!

Si vous cherchez et que vous ne trouvez pas, c’est que vous vous y prenez vraiment mal ou que ce que vous chercher ne vous intéresse pas vraiment...

Si vous frappez aux portes et que l’on ne vous ouvre pas, c’est probablement que vous ne frappez pas avec assez de conviction. Encore une fois, posez vous la question sur l’intention que vous mettez à ce que vous faîtes, car, les résultats que vous obtenez sont exclusivement ceux que vous voulez obtenir au fond de vous même et rien d’autre !!

 

Soyons responsables et conscients à 100 % de ce que nous envoyons et nous recevrons les résultats que nous voulons vraiment.

 

A bientôt

Roséli

Voir les commentaires

Expérience

Nous voyons chez les autres que ce que nous avons à l’intérieur de nous. Et parfois même, ce que nous voyons chez les autres ne se trouve qu’en nous.

De la même manière, nous entendons parfois ce que notre éducation nous a appris à entendre.


                                                                                

 

Pour illustrer ceci, je vais vous donner un exemple personnel :

J’ai été élevée dans une famille où les rôles hommes / femmes étaient marqués. Pas question pour mon frère de se lever pour aller chercher les plats lors d'un repas. Par contre, ma sœur et moi, nous le servions de façon totalement naturelle. Il n’y avait pas de discussion, pas l’ombre d’une interrogation. C’était comme ça et pas autrement.

Plus tard, j’acquis la conviction qu’il était normal que les hommes en fassent autant que les femmes question ménage… Pourtant, je me suis aperçue que je n’étais pas tout à fait «sevrée» de cette éducation.

C’est lorsque je me suis mariée que j’en ais fait l’expérience. Lorsque mon mari disait : « T’as vu comme c’est sale ici, toute cette poussière ! », j’entendais : « Quelle fainéante, tu n’aurais pas pu passer le balai non !! ». Au début, je balayais presque confuse. J’étais persuadée qu’il avait raison ! Plus tard, j’entendais toujours la même chose, mais j’ai fini par lui demander des précisions sur ce qu’il disait : et il fut surpris de ce que je comprenais ! Il me certifia que jamais il n’avait eu l’intention de me commander de la sorte. Et vous connaîtriez mon mari, vous comprendriez qu’il n’est effectivement pas comme ça, loin s’en faut !

C’était donc moi qui tordais ce que j’entendais pour le faire correspondre à ce que je connaissais !!! Cette révélation me paru incroyable et je me dis alors que si ce que j’entendais était traité de la sorte par mon cerveau, alors qu’en était il du reste ?


                                                                              

 

        

Avez vous déjà vécu une expérience similaire ?

En avez vous pris conscience ?

Qu’en avez vous déduis ?

 

Vos expériences m’intéressent…

 

A bientôt

Roséli

Voir les commentaires

1 2 3 > >>